Week-end surprise d’Agnès Abécassis – Editions Calmann-lévy

Week end suprise.jpgWeek-end surprise, dernier roman de l’hilarante et talentueuse Agnès Abécassis est arrivé ce week-end dans ma boîte aux lettres niçoise. Hasard, destin, je ne sais pas, mais ce week-end fut pour moi une réelle surprise. Après maintes démarches, je débusque enfin deux places assises pour le concert de Dépêche Mode à Nice, je dois revoir ma chère amie Fabienne dimanche à l’aéroport, et oh surprise, je suis malade comme un chien. Donc sacrée surprise, je passe mon week-end au fond du lit. Mais, heureusement, j’ai quelques livres pour me tenir compagnie, dont Week-end surprise paru aux Éditions Calmann-lévy, et annoncé pour le 10 mai, soit vendredi. Je suis donc une des premières lectrices du dernier opus d’Agnès. Merci Agnès, Merci Eric (son adorable attaché de presse). 

C’est donc confortablement installée dans mon canapé, sous une certaine masse de couvertures, la tête enfouie dans quelques moelleux oreillers que j’entame la lecture de ce roman. La magie abécassienne va-t-elle opérer ? 

Et ben oui, et ce dès les premières pages. Je retrouve la plume incisive, l’humour, la vision de la vie, les petites phrases assassines mais oh combien justes que toute femme prononce. Le talent d’Agnès est intact. Je souris, je corne les pages, me retrouve dans quelques situations, rigole à gorge déployée, les mots deviennent images, les images deviennent un film en super 8 dans ma tête. On lit Agnès, mais ce n’est pas tout, on est l’actrice de son dernier roman. Si, je vous l’assure. 

Certes, je ne m’appelle pas Brune, mon homme ne se prénomme pas Léonard, mes gosses ne sont pas des jumeaux qui répondent aux prénoms de Noé et Nestor, mes deux meilleures amies ne se prénomment point Prunelle et Suzie mais mais je vous assure que toute femme quadra se reconnaîtra dans ce roman. Il ne peut en être autrement. 

Qui n’a pas connu la convocation par le professeur principal pour vous faire part d’une baisse de travail de votre enfant ? Qui bien évidemment est de votre seule faute, vous la mère qui tentait de joindre les deux bouts, qui bossait, entretenait la maison, jouait les wonder-woman car il faut pas laisser transparaître nos petits défauts. 

Qui de nous toutes n’a jamais téléphoné à sa meilleure amie, un soir en pleine déprime, et qui finit par raccrocher avec le sourire aux lèvres, car une amie ça vous donne le sourire même quand vous n’en pouvez-plus ?

Qui d’entre nous n’a pas mis vingt plombes avant de s’apercevoir que ce mec est en fait l’homme de notre vie ?

Qui n’a jamais fait un voyage en train, et se coltine les enfants insupportables qui hurlent dans tout le wagon, vous fatiguant avant même que vos vacances soient commencées ?

C’est tout l’art d’Agnès. Nous faire rire des situations les plus cocasses, les plus habituelles aussi. Elle a ce don, rare, de vous livrer une critique de Grey’s Anatomy à pleurer de rire. Je ne sais si je vais pouvoir continuer à regarder ma série préférée sans penser à Agnès. Notre vie nous paraît morne, sans grand intérêt, sans trop d’humour. Confiez-là à Agnès et par son super pouvoir d’auteure, elle vous livrera une semaine à mourir de rire qui se clôture par un week-end surprise. Brune en est la preuve, et on se délecte de sa folle semaine, pas si ordinaire que ça. 

A lire absolument, à offrir à vos amies, et donc pour cela il vous suffit de courir chez votre libraire adoré dès vendredi matin, et sans faute. 

 

Quelques extraits :

  • Ah, comme j’étais fatiguée. Epuisée par ce stress permanent, par cette course folle contre la montre, par cette astreinte que la société nous imposait, à nous, les femmes, d’employer nos deux bras comme si on en avait huit. 
  • Alors les romans me tenaient lieu d’anxiolytiques,le soir, avant de m’endormir. Ils me calmaient, m’apaisseient, me permettaient de mieux rêver, comme un plaid supplémentaire sur sa couverture permet de mieux réchauffer. 
  • Ne sois pas trop dure avec ton fils. Il ne le fait pas exprès… Pas exprès de glander au lieu de travailler ? Oui, tu as raison, il confond certainement. Il travaille, certes, mais uniquement sa glande. 
  • Besoin d’un nettoyage d’humeur avant d’aller dormir. Besoin de me changer l’eau des idées pour rafraîchir ma tête, avant d’aller m’étendre pour m’offrir lascivement aux rayons du sommeil. 
  • Instants de sérénité planante. Crampes de rire. Provision de souvenirs heureux. 

 

 Vous pouvez suivre Agnès, icihttp://www.agnesabecassis.com/

One Comment