Vous avez dit “Atelier d’écriture” ? Ecriture Factory est pour vous.

images.jpgVoici presque quatre ans que j’ai renoué avec la lecture. La lecture plaisir, la lecture découverte, la lecture détente. Après une scolarité qui m’a autant donné le goût de lire, que le dégoût (merci à mon professeur de seconde), les livres n’étaient pour moi que synonyme d’objets d’étude. 

Concours de professeur des écoles en 2002, je suis contrainte de lire. Mais lire pour apprendre, pour comprendre, pour enseigner. De termes psychologiques aux termes pédagogiques, de prises de notes en fiches de lecture, je ne peux dire que j’aimais alors lire, mais il le fallait. Une période entourée de bouquins pédagogiques, didactiques, sociologiques, psychologiques… qui, paradoxalement va me pousser à lire de nouveau des romans, histoire d’oublier. Des petits romans très féminins, qui se lisent sans demander d’efforts, qui ne me plongent pas en surcharge cognitive. Puis,petit à petit, je lis d’autres romans, plus complexes, plus littéraires. Et puis cette rencontre au Salon de Nice, où j’ose assumer enfin mon goût de lire. Bref, me voici donc une lectrice qui compte à ce jour près de mille livres dans sa bibliothèque. 

Cependant, je ne suis pas à l’aise pour rédiger mes petites chroniques, mais je continue sous  les mots des auteurs qui m’encouragent, tout comme certains éditeurs, certains amis. Mais au fond de moi, je doute. Je n’ai aucune formation littéraire. Je ne maîtrise pas tout dans les méandres de la littérature, et je manque de savoir savants, de bagages littéraires. Alors je me lance dans une reprise d’études, en plus de mon métier d’enseignante, de mon métier de maman de cinq enfants : licence de lettres modernes, option FLE. J’apprends, je comprends mieux, j’écris plus facilement. 

Puis cet accident de la route qui va me coûter un repos forcé de plus d’un an, puisque je suis toujours en arrêt de travail. Une longue période où je peux lire à foison, et où aussi j’abandonne les livres, car trop de lecture tue la lecture à un moment donné. Puis cette envie d’écrire à celle qui m’a renversée, pour évacuer ma haine, ma colère,  pour moi, pour eux, pour vous. J’écris, ça plait. Mais je sais que je n’ai pas la stature d’un écrivain, je ne maîtrise pas tout. Alors je m’intéresse aux ateliers d’écriture. Près de chez moi, j’en trouve quelques uns, mais je n’ose pas. J’hésite. Je ne veux pas m’exposer. Et puis, ce mail d’une amie auteure. 

Il existe un atelier d’écriture en ligne :http://www.ecriturefactory.com

Elle m’explique les bienfaits d’un tel atelier. Je me renseigne, je vais sur le site, j’explore.. Je fais ma curieuse, et je suis emballée. Noël approche, je note sur ma liste “Inscription à l’atelier d’écriture”, et mon mari me pousse à le faire. 

Me voici donc depuis un mois embarquée dans une belle aventure. L’atelier d’écriture est plus complexe que mes cours de la fac. Il demande une certaine rigueur, une lecture que je ne connaissais pas, une attitude face au texte. 

Tout cela se passe ici, et la semaine prochaine je vous ferais part de mes premiers pas au sein de l’équipe extraordinaire d’écriture Factory. 

Merci à Sonia et Anita.