Une quatrième soirée au NJF, cotés Verdure et Masséna

En ce quatrième soir, le Théâtre de Verdure et la scène Masséna nous offrent une belle programmation. Baskets de rigueur pour aller d’une scène à l’autre

Hugh Coltman © Ville de Nice.JPGEn ce vendredi soir, le parvis Masséna est clairsemé à l’opposé du Théâtre de Verdure où le public est sagement installé dans l’attente de Hugh Coltman. Toutes les places assises sont occupées, quelques retardataires adoptent la position debout sous une chaleur supportable grâce à Monsieur Vent qui s’est invité, juste ce qu’il faut. 

Hugh Coltman, décontracté et sourire aux lèvres est à l’heure. Cet anglais de naissance, mais parisien d’adoption est un artiste à part entière. L’écouter c’est s’offrir une parenthèse enchantée du monde qui nous entoure, et je n’ai aucune envie de fermer cette parenthèse tant il est bon de se laisser porter par sa voix et ses ballades. 

Cependant, tout à une fin pour la blogueuse que je suis, et je me dois d’aller à la scène Masséna pour découvrir Liv Warfield. Entendue lors de ses balances, j’attends de “voir” ce qu’elle donne sur scène, dans tous les sens du terme. 

Saura-t-elle me séduire ? Rien n’est moins sûr. Depuis ce premier jour du NJF, j’avoue qu’il en faut pour créer un nouveau coup de coeur. Faut avouer que la barre a été mise très haute le premier soir. 

Liv Warfield © Ville de Nice.JPGLiv Warfield, crinière blonde platine (presque) et petite robe noire, enflamme la scène Masséna malgré un public peu nombreux. Elle dégaine sa voix, son blues, son dynamisme, sa générosité. Cette femme est exceptionnelle. Gagnée pour elle, je suis conquise. Je la soupçonne de nous envoyer son virus d’énergie, à nous public. Ancienne choriste de Prince, cette nana est tout simplement une tornade. 

Etre accréditée presse au NJF, ce n’est pas profiter de tous les concerts, et se la couler douce, c’est aussi des rencontres, des retrouvailles mais surtout une course contre la montre pour ne rater aucun artiste, prendre des notes, avaler un verre d’eau (et de rosé) à l’espace presse. Bref, une course d’endurance. 

Me revoilà donc côté Verdure pour Eric Legnini. Belles prestations, sympa  mais je ne suis pas fan, désolée, ça m’arrive de temps à autre. Ceci étant, Hindi Zahra est attendue à Masséna, donc devinez quoi ?? 

Hindi Zahra © Ville de Nice.jpgHindi Zahra c’est un petit bout de femme souriante et agréable qui a préalablement fait un détour par l’espace presse pour un “point presse”. Elle s’est pliée avec beaucoup de sympathie aux questions des différents journalistes. Une fille simple comme j’aime à voir. Ne me demandez pas ce qu’il en ressort de ce “Point Presse” car je n’ai pas osé l’approcher. Cependant, je crois savoir que vous pourrez trouver son interview sur “Le Mensuel”

Son concert est une pépite de bonheur, une traversée d’émotions indéfinissables. Il ne s’agit pas d’un voyage mais d’une croisière musicale. 

Je ne vous conterai pas les troisièmes parties de cette soirée émouvante et emplie d’émotions, préférant rester sur ce sentiment de voyage intérieur et de sérénité qu’ont su influé, en moi, ces quelques artistes. 

Je m’en vais donc d’un pas léger du NJF, et reviendrait dimanche pour la dernière. 

A très vite

Crédit photo : Ville de Nice