Salon du livre – Paris – Partie 2

En ce samedi 17 Mars, aux alentours de quatorze trente, je flâne donc dans les allées du SDL, tandis que mon ami Kévin vaque à ses occupations professionnelles. Et oui, ce jeune homme est très demandé. 

Je profite de ce moment pour me rendre dans les allées consacrées à l’éducation, mais point de découvertes exceptionnelles. Le monde du livre pédagogique et didactique serait-il en crise, ou dans l’attente des présidentielles, qui sont souvent le re-nouveau des programmes scolaires ?

14 heures 30 : Je me dirige tranquillement vers le stand Flammarion, que l’on ne peut rater. Tranquillement mais difficilement. Pire que les heures de pointe niçoises, l’équivalent du métro parisien bondé… Une fourmilière se met en place dans les différentes allées. Avouons que du beau monde est attendu : Katherine Pancol, Agnès Abecassis, Tatiana de Rosnay, Annie Ernaux…. 

Je me fraie un passage dans les allées, fort bien organisées par ailleurs, de Flammarion. Un stand structuré, et qui permet le déplacement, ce qui est fort appréciable. Je suis à l’affût de nouveaux romans à dévorer, de nouveaux livres… 

“A cause d’un baiser” de Brigitte Kernel et “Le livre qui rend heureux” d’Arthur Dreyfus se retrouvent parmi tant d’autres livres entre mes mains, pour cause de cadeaux à quelques amies niçoises. 

L’heure tourne, bientôt quinze heures. Je me fais discrète mais mon oeil cherche mon cher ami G. dans cette foule. Je le vois, il est là, là-haut entourée de Brigitte Kernel, Simonetta Greggio et Pierre Stasse. 

L’heure des dédicaces a sonné. Je prends place dans la file d’attente de Brigitte Kernel. Avec impatience et patience, j’atttends. Le coeur serré, la joie qui m’envahit, et le plaisir de revoir G. Enfin, nos regards se croisent, les présentations se font entre Brigitte et moi, Simonetta et moi et Arthur et moi. Je suis intimidée mais contente, heureuse. 

Comme une enfant, je demande la dédicace à Brigitte pour mes deux amies niçoises, échange avec cette auteure d’une simplicité et d’une gentillesse indescriptible. Belle, naturelle, la parole douce et l’esprit vif, Brigitte est telle que je pensais, et j’adore.

Je passe à Arthur, même scénario. Il me dédicace pour mon amie Anita ce livre qui vous donne le sourire, et vous fait voir la vie du bon côté. Un livre pas comme les autres, pour un regard pas comme les autres. 

Moment personnel avec G. toujours égal à lui-même : gentillesse, attention, adorable…et mille et une pensée pour Marie, malheureusement absente en ce jour. 

Je m’en vais ravie, rendre visite à Pierre Stasse, l’auteur du superbe “Hôtel Argentina”. Je retrouve Pierre, assis, seul et me présente. Ce jeune homme m’impressionne, il est d’une douceur étonnante et déconcertante. Il est modeste, intelligent et franc. Une très belle rencontre.

Bientôt, je dois m’en aller pour retourner à Nice, et je n’ai pas l’envie. Je suis bien dans ce monde là, je suis à l’aise. Mais avant de m’en retrouver mon métro parisien, mon RER B, je retrouve Kévin pour une dédicace de la grande Annie Ernaux. Au passage, je croise Sophie, blogueuse de Sophielit. Elle ne me voit pas, et je n’ose l’approcher.

Livre d’Annie Ernaux, dédicacé, l’heure du retour est proche. Juste le temps de faire un coucou à Jérome Attal (et une photo s’il vous plait), un au revoir à Stéphane Millon et de faire connaissance avec Sophie qui a organisé avec Kévin un regroupement des blogueurs littéraires. 

Je quitte le salon du livre, ennivrée de cette journée et de toutes ces rencontres. Le temps fut trop court, mais les émotions fortes. Des regrets aussi, celui de ne pas avoir re-croisé le doux sourire de Carole Zalberg, et celui de ne pas avoir rencontré Sonia David avec qui un rendez-vous était fixé pour dix-huit heures. Mesdames, ce n’est que partie remise, je vous promets. 

Le monde parisien, le monde littéraire sont des mondes dans lesquels je me suis sentie comme un poisson dans l’eau. Les rencontres y sont humaines et sincères, même si éphémères pour certaines. Je suis comblée, et je ne peux décrire tout ce flux d’émotions qui m’envahit alors. 

C’est promis, je reviendrai et je vous remercie toutes et tous de votre accueil en ce samedi.

Mille mercis à celles et ceux qui se reconnaîtront et un très grand merci à mon bad boy sans qui  je n’aurais pu me rendre dans la capitale. 

Kévin ne change pas 😉

Cher G. : Je kiffe tes baskets et ta cravate !!!