Quand, soudain, Rosalie vit sa 1ère soirée full


Mercredi 17 juillet, deuxième soirée du NJF, Angèle est attendue, Angèle un prénom que j’entends déjà dans le tram à 16 heures, Angèle celle qui est attendue, tout en n’étant pas la tête d’affiche de ce soir, mais à qui nous devons une soirée qui affiche full depuis plus de 48 heures. 

Le public Masséna


J’ai toujours opté pour l’uniforme noir, c’est plus simple pour moi, et surtout super pratique quoique l’on puisse en dire. Me voilà donc à 19 heures vagabondant dans le jardin Albert 1er, et sur la place Masséna dont la jauge est annoncée complète, et cela se confirme, il y a déjà beaucoup de monde. Public bien différent d’hier soir sans aucun doute. Des familles avec leurs adolescentes qui ont sorti pour l’occasion maquillage, bijoux, voire robe de soirée, si, si !!! Les adolescents, les nouveaux bacheliers se sont donnés rendez-vous pour écouter Angèle, et tentent de savoir si son frère sera présent. Le line up pour boire et/ou manger est d’envergure, il me faut me faufiler entre ses quelques milliers de personnes : 10 000 au total !!!


L’ambiance est bonne enfant, familiale. Les gamines s’expriment par cris, trépignent d’impatience, se prennent en selfie avec les affiches du NJF, élaborent des plans sur la comète sur le concert d’Angèle, répètent les paroles de ses tubes… Bref, une hystérie digne de la Bruelmania qui touche aussi les femmes de 40/50 ans qui sont de « sorties entre filles ce soir ». 


Bref, j’ai pas trouvé de serviettes de plage ce soir mais plutôt une belle grande réunion familiale qui compte près de 10 000 personnes. Les looks sont cependant un peu plus extravagants qu’hier, je ne sais pourquoi. 


Fin de concert d’Angèle, les buvettes sont prises d’assaut, et suis étonnée, mais beaucoup reste pour The Blaze. 


De mon côté, comment vous dire ? J’ai beaucoup aimé la programmation de Masséna, suis déçue un tantinet d’Angèle et apprécie The Blaze, mais ce n’est pas franchement la folie. Faut dire que la foule et moi ça fait deux. Marre de pousser des coudes, de m’excuser à chaque fois, de me faire bousculer, mais les WC affichent eux aussi complets. Alors, bon je vais au devant du public et de micro trottoirs en micro trottoirs, j’apprends que certains ont économisé depuis longtemps pour la sortie de l’année, que d’autres sont là depuis 16 heures pour être tout devant, que d’autres vont finir par écouter Angèle à l’arrière de la scène car ils ne savaient pas que les places étaient debout sur Masséna et que leur progéniture de 4 ans ne peut rien voir. En même temps, faut réfléchir un peu parfois non ? 


Pour The Blaze, le public est autre : on tape dans les 20/30 ans et les vibrations de la musique electro s’est infiltrée dans le corps de certains : les effets peuvent être particuliers mais l’essentiel est de lâcher prise non ? 


Avec tout ça, j’ai oublié de vous parler de la première partie de Masséna : Jordan Rakei qui groove grave bien, qui apporte un je ne sais quoi au RnB que j’affectionne, oui, j’assume !! Je ne pense pas que le public soit venu pour lui, mais avantage, il est dorénavant connu de certains qui ont fortement apprécié cette première partie en attendant Angèle. 


Pour ce soir, pas de rosé ou que très peu, mais des kilomètres avaler, des litres d’eau bus, et surtout des prises de notes pour un article décalé à venir dans les 48 heures sur les insolites de la scène Masséna, car ça vaut le coup de même. 


A demain, où je risque de me perdre avec les grands Black  Eyed Peas

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *