Portrait chinois : Gilles Paris

Gilles Paris, L'été des Lucioles, Portrait Chinois

A l’occasion de la sortie de son quatrième roman, L’été des Lucioles paru aux Editions Héloïse d’Ormesson, Gilles Paris a eu la gentillesse de jouer le jeu du portrait chinois, et de répondre à dix questions. 

Je l’en remercie ici-même, et lui confie que les lucioles existent encore en France, non loin de Roquebrune, dans un petit village de l’arrière-pays niçois, Saorge. 

 

Gilles, si vous étiez :

Un signe de ponctuation 

     Une virgule, pour respirer.

Une chanson française :

     Le rempart de Vanessa Paradis, pour écrire. 

                http://www.youtube.com/watch?v=DVwgknzEmJM

Un moyen de locomotion :

     La télé-transportation pour être au même moment avec ceux que j’aime.

Une oeuvre d’art :

     Une oeuvre de Magritte,pour entrer dans l’imaginaire

Une devise :

     Never explain, never complain

Un roman :

     Le prochain que je vais commencer avant la fin de l’année 

Un mot :

     Grandir, pour ne plus manger de Haribo

Un adjectif :

     Elégant pour l’être en tout

Une ville :

     New-York, pour être aussi énergique et à temps plein

Un philosophe :

     Un qui ne se prendrait pas au sérieux, pas encore trouvé. 

 

En bonus, si vous voulez écouter Gilles nous parler des Lucioles, c’est par ici (49 ème minute)

http://videos.tf1.fr/au-field-de-la-nuit/replay-au-field-de-la-nuit-du-27-janvier-2014-8352437.html