Portrait chinois : Eric Neirynck

Eric Neirynck.jpg

Eric s’est prêté au jeu du portrait chinois, depuis sa Belgique natale. En pleine promotion de son dernier opus “66 pages”, il a su m’accorder quelques minutes et je l’en remercie donc. 

 

Eric, si tu étais : 

 

Un signe de ponctuation ?

Le point d’exclamation, je l’adore. Je l’ai toujours beaucoup employé peut être pour donner de l’importance même aux plus petites chose

Une chanson française ?

Je t’aime moi non plus. La chanson d’amour parfaite

Un moyen de locomotion ? 

Le train. Ça m’a toujours fait rêver les trains. Tout y est possible même les choses les plus incroyables

Une œuvre d’art ?

Plusieurs même, la série des nus de Modigliani. Une pure merveille

Une devise ?

L’euro 😉

Un roman ?

Voyage au bout de la nuit de LF Céline. La base de la littérature moderne pour moi.

Un mot ?

Angoisse. parce qu’il m’accompagne à chaque instant.

Un adjectif ?

Enorme. Comme moi physiquement 🙂 plus sérieusement c’est celui que j’utilise le plus pour exprimer ma joie après une lecture.

Une ville ?

Paris. Rive Gauche de préférence

Un philosophe ?

Barthes, mais ce serait trop long d’expliquer pourquoi