Portrait chinois de Guillaume Fédou

Guillaume Fédou est un auteur-compositeur-musicien. D’abord connu pour ses chansons à textes, chansons entraînantes et enivrantes par ailleurs, puis pour son premier roman “Mon numéro dans le désordre” 

Ce jeune homme, né en 74 à Albi, est aussi un agile gentleman de la plume. Il collabore à de nombreux magazines tels que Blast, Inter-section et Travel Style. Parisien d’adoption, il est un homme très cultivé, maniant la langue et les formulations. Un sens de la répartie, un brin d’humour décalé, passionné de musique, il s’est prêté au jeu du Portrait Chinois. Je vous laisse le découvrir, il est le seul, à ce jour, à avoir mis autant d’humour, de mots dans son portrait. Merci encore Guillaume. 

 

Guillaume, si vous étiez :

Un signe de ponctuation ? Le point-virgule,évidemment. Même si en ce moment je pencherais plus du côté points de suspension, que j’utilise par paquets de 4..

Une chanson française ? “Chacun fait c’qui lui plaît” de Chagrin d’amour, le titre qui a décapsulé les années 80. Même si en ce moment ce serait plutôt l’Emploi du Temps d’Arnaud Fleurent-Didier pour des raisons qui m’échappent. Ça doit être bien, en fait. 

Un moyen de locomotion ? L’Autolib, sans hésiter. Génie pur à tous les niveaux. Design italien, partenariat public-privé de haute-voltige,connectivité insensée – l’appli, les bornes, écologie intelligente..Ça rend heureux de vivre aujourd’hui. Même si en ce moment je n’ai plus trop de points sur le permis et qu’il va falloir que je prenne le bus plus souvent. 

Une oeuvre d’art ? C’est marrant je pense “peinture”, alors que tout potentiellement peut être une oeuvre d’art, voire un chef d’oeuvre. Certaines personnes sont des chefs d’oeuvres. Mais je dirais le Baigneur de Cézanne, pour 2001 raisons. 

Une devise ? “Rien ne se perd,rein ne se crée, tout se transforme”.Principe de Lavoisier appliqué par David Bowie en 1971 (Changes)

Un roman ? L’Homme sans qualités, de Musil, parce qu’il est aussi brillant qu’inachevé. Et puis parce qu’il m’arrive souvent de me demander ce qu’aurait pensé Ulrich de telle ou telle avanie contemporaine. Parce que j’aime les intertitres, aussi. 

Un mot ?  “Juif”. Est-ce un substantif, un adjectif ? Who the fuck knows… C’est de la nitroglycérine, tu lâches quatre lettres comme pour Dieu et BOUM ! T’as un déferlement de complotistes et de communautaristes, c’est comme si t’avais un point rouge sur le front, alors que l’on devrait pouvoir réfléchir tranquillement aux sens très différents que ce mot (Sémite et Sémiologie sont deux graines de Sem) recouvre, puisqu’il y a au moins mille façons d’être juif… Le débat est ouvert !      

Un adjectif ? “Branché”. Car je trouve que l’on malmène ce mot qui ne devrait pas se laisser faire. C’est bien d’être branché. Je ne parle pas des hipsters à barbe du Petit Journal. Je parle des vrais branchés, à l’ancienne, ceux qui avaient le courage et parfois le talent d’en être. Notons que le mot branché est d’origine policière (oui j’ai découvert ça) et qu’il veut dire complice. “Untel était branché sur le casse de la BNP” etc… On dit aussi “sur le coup” ou “dans le coup”. Now you’re in. 

Une ville ? Bordeaux, pour toujours une ville de rock et pour toujours une ville de droite. Comme si ça allait ensemble, finalement, un peu comme dans le vers de Reverdy : “Personne dans la marge, plus rien sur le trottoir, le ciel est plein d’orages, ma tête est sans espoir”. Que ferait la gauche à Bordeaux si elle gagnait ? Elle rallumerait Catherine Lalumière. Et c’est déjà ça. 

Un philosophe ? Wittgenstein, pour ce W majestueux qui incarne la ville de Vienne, “Wien”, où j’ai passé mon bac en 1992 – au Lycée Français, quelques années après Marjane Satrapi.  Les mille vies de Wi, ses limites du langage, son nom qui sonne comme un tambour Mitteleuropa, j’aime tout, sauf son Tractatus que je n’ai pas entrouvert. David Hume, sinon, philosophe humain.