L’été des lucioles de Gilles Paris – Editions Héloïse d’Ormesson

 

Gilles Paris, L'été des Lucioles, Editions Héloise d'Ormesson, nouveauté, roman, 2014, janvier, enfants, amour, tendresse, Roquebrune Cap Martin

Un jeune garçon répond au prénom de Victor. Il a une dizaine d’années. Une sœur, Alicia, à l’aube de l’adolescence, attirée par les garçons, qui joue au paon, et drague. Deux mamans, et un papa qui ne veut pas grandir. Autour d’eux, gravitent une concierge et son fils, une baronne, les jumeaux, deux jeunes garçons adolescents, Justine qui a l’âge de Victor, des papillons et des lucioles. De Paris à Roquebrune Cap Martin, en passant par Bourg-en-Bresse, Gilles Paris nous entraîne sous sa plume dans une joyeuse balade, en empruntant le sentier des douaniers. 

Entre sa maman libraire, qui ne cesse de lire, et sa deuxième maman Pilar, qui ne cesse de peindre des tableaux sans âme qui vive, Victor vit. Avec ses yeux enfantins, mais emplis de malice et d’intelligence, il dissèque la vie de sa sœur adolescente, tente de comprendre son père, aimé et aimant, un peu paumé, un peu ado aussi. Victor profite de ses vacances estivales à Roquebrune, là même où son père passait ses vacances, là même où son père refuse de (re)venir, là même où son père est propriétaire d’un appartement. 

Cette année sera différente, elle sera un tournant dans la vie de Victor, elle sera l’occasion de rencontrer Hedwige, la baronne. Une femme peu aimable au premier abord, une femme de la “haute” qui va s’avérer être une femme douce, charmante, et qui va aider Victor dans sa quête d’identité, dans sa quête de vérité. Et puis, il y a Justine. Cette jeune fille d’une dizaine d’années que Victor n’ose aborder. Mais les événements vont permettre à ses deux là de se parler, d’être amis, de partager quelques après-midi douces, mouvementées, de partager aussi un secret. Et puis, les jumeaux, Tom et Nathan, qui vont permettre à Victor de découvrir les villas du bord de mer, ses belles villas fermées au public et qui regorgent d’œuvres, de mystère. Victor est aussi accompagné de son ami Gaspard, rencontré dans le local à poubelles. Toute cette petite bande va vivre des moments doux, difficiles, inquiétants, stupéfiants. Tous vont contribuer à ouvrir les portes du cœur de Victor et de sa famille. Pour cela, il vous faudra aussi emprunter le sentier des douaniers, vous faire effleurer par des papillons, et voir les lucioles.

Gilles Paris nous offre ici son quatrième roman. Toujours la même sensibilité, les mots qui dansent, les mots qui s’envolent comme le vent azuréen, les mots qui grondent comme l’orage aoûtien de ma chère Côte d’Azur. Des mots, d’émo…tion, des maux… Gilles Paris maîtrise cet art littéraire. Il nous fait croire que c’est Victor qui écrit, alors il prend la plume, rédige comme un enfant, et on se laisse attendrir, et on se laisse embarquer, sans voir le temps qui passe. 

Découverte de Roquebrune pour ma part, alors que j’habite à cinq minutes des lieux décrits par l’auteur. Découverte de l’homme, des relations, et du secret de famille qui empêche alors à tous de grandir, de s’épanouir, de vivre tout simplement. 

Gilles arrive, par je ne sais quel don, à traiter d’un sujet difficile, à décortiquer les liens qui unissent les membres d’une même famille, à analyser le pourquoi du comment, à disséquer la complexité des rapports humains, mais sans mélodrame, sans analyse psychologique, simplement par le langage d’un jeune enfant. 

Une ode à l’amour, deux cent vingt pages de joie, de rire, d’inquiétude, d’interrogation, de suspens, de pleurs. Un doux roman qu’il fait bon lire à cette période hivernale, et qu’il sera bon de lire aussi cet été au bord de l’eau. 

 

Quelques citations

  • Et si grandir c’était essayer de rendre sa vie meilleure, jour après jour ? (p31)
  • Des fois la tristesse est plus contagieuse que certaines maladies. (p 47)
  • Je me demande comment une lumière aussi jolie peut sortir d’un ventre qui avale des animaux dix fois plus grands que lui.(p 58)
  • Ce n’était pas mon idée. J’aurais voulu revenir en arrière comme les films qu’Alicia regarde sur le lecteur DVD et ne pas poser ma question. Celle qui fait pleurer papa. (p91)
  • “Laisse toi guider par les lucioles. Cela fait longtemps qu’elles ne sont pas venues ici.Quand j’étais petite, ma mère me disait que les lucioles étaient magiques pour ceux qui savaient voir la magie. Un petit bonhomme extraordinaire comme toi devrait découvrir sans souci la vraie magie des lucioles”. (p168)
  • Un sourire se dessine maintenant sur sa bouche. Les rides sont les cicatrices du temps qui passe. (p 216)