Les Thermes du Paradis d’Akli Tadjer – JCLattès

les-thermes-du-paradis.jpg

Akli Tadjer est un habitué de mon blog, car il est un auteur que j’apprécie, car il est un homme bienveillant, car il est de ces auteurs qui maîtrise une plume vive, alerte et humoristique. 

Rencontré voici deux ans, au détour d’un stand du Salon de Livre de Nice, je lui dois de belles rencontres, telles Gilles Paris, Grégoire Delacourt, Delphine Bertholon… J’ai découvert son talent voici deux ans à peine.  Il est aussi une belle rencontre littéraire pour quelques amies, dont Marion, l’amie d’enfance. 

Il nous revient en 2014 avec “Les Thermes du Paradis”. Un opus de 314 pages paru aux éditions JCLattès en Mars 2014, reçu dans ma boîte aux lettres à cette période. Mon retard de chronique est dû à quelques soucis seulement, car ce livre fait partie de mes coups de cœur pour ce premier semestre 2014.

Je retrouve la plume d’Akli, je retrouve son style, son humour et surtout son don à tourner toute situation dramatique en comédie, en rires. 

Dès la première page, le ton est donné avec cette superbe citation de Romain Gary “Il ne faut pas avoir peur du bonheur, c’est seulement un bon moment à passer”. 

Adèle est à la tête d’une entreprise familiale, une entreprise de pompes funèbres, bref elle est croque-mort. Sa meilleure amie et co-locataire, Leila,est elle thanatopractrice (elle répare les morts pour les rendre beaux). Les personnages et le décor sont plantés dès les premières pages, et l’on se demande où va nous mener la plume d’Akli. Il rompt avec ses précédents romans par cette présentation d’un monde où l’on pense que le rire et l’humour ne peuvent avoir place. Cependant, on retrouve l’œil perçant de cet auteur, cette facilité à injecter de l’humour dans toutes situations. Parfois caustique, parfois cassant, Monsieur Tadjer nous promène par le bout du nez par le bout de sa plume. 

Adèle est célibataire, ne trouve pas chaussure à son pied. Faut dire qu’annoncer son métier en fait fuir plus d’un. Cependant, sa sœur bienveillante lui organise la fête de ses trente ans qu’elle s’apprête à fêter d’ici peu. Fête à laquelle les amis d’enfance sont conviés,fête durant laquelle Adèle se doit (pour sa sœur) de trouver l’homme de sa vie. Mais Adèle se fiche de ses trente ans, elle sait qu’elle n’est pas bandante. Elle en veut à son père d’avoir hérité de lui son teint de bougie, son long nez et ses lèvres fines qui lui donnent en permanence cet air austère ou revêche.  Sans parler de ces yeux bleus, du même bleu que le détergent pour chiottes Canard WC. (p17)

Leïla est quant à elle reniée par sa famille musulmane. Akli nous décrit avec beaucoup de réalisme et d’humour les convictions des familles musulmanes. On en rit,on est obligé, qui plus est quand tout cela est écrit par un auteur qui connaît bien le sujet. 

Leïla est l’amie que l’on souhaite. Elle s’occupe de quatre macchabées dans une journée pour offrir une paire de Louboutin à son amie Adèle, elle lui signifie que non elle n’est pas moche, elle se trouve moche ce n’est pas pareil (p39), que quand elle aime, elle ne compte pas…Bref, l’amie, la vraie. 

Bref, ces deux jeunes filles d’aujourd’hui vont partager leur quotidien au cours de ces quelques trois cents pages. Mais surtout, Adèle va trouver l’amour, le grand. Non, elle ne sera pas la conjointe d’un homme “normal”. Elle tombe amoureuse d’un masseur qui officie aux Thermes du Paradis. Un homme noir, aveugle. Personne ne veut croire à cette histoire, sauf elle, sauf lui, sauf Leïla. 

“J’aime être nue dans le noir avec lui. Dans le noir je m’oublie, je me donne et je me damne, le noir est la couleur de mes nuits, le noir est la couleur de mes jours, le noir est mon refuge, le noir est mon pays, le noir est la couleur de l’homme que j’aime, je suis faite pour vivre et mourir dans le noir” (p172)

Par amour pour lui, elle va gravir tous les obstacles, elle va aller au bout de ses possibilités. Jamais elle ne va faillir, jamais elle ne baissera les bras, jamais elle se dira que cette histoire n’est pas possible. Elle aime, elle ne peut abandonner cet amour hors norme. 

Mais Léo voudra-t-il de cet amour ? Léo, cet homme noir, qui vit dans le noir mais qui du bout de ses doigts ressent toutes les émotions de ces femmes et hommes qui viennent se faire masser. Léo qui a un coup de foudre pour Adèle. Léo pourra-t-il aussi oublier son ex-petite amie qui revient vers lui ? Léo acceptera-t-il l’opération de la dernière chance qui lui permettra de voir le monde ? Et comment réagira-t-il si la vue devait revenir ? Sera-t-il toujours aussi amoureux d’Adèle ? 

De son handicap il en fait une force. Il apprend à Adèle à aimer de manière différente, il initie aux jeux de l’amour qui ne passent que par le toucher, l’émotion, la sensation. Léo est un homme attachant et qui tiendra le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page, je vous l’assure. 

Akli décrit chaque moment avec une plume fine, ardente, vive et incisive. Derrière une histoire peu banale d’amour, on ne peut être insensible aux métaphores, aux phrases de cet auteur. Il pose un regard sur tout ce qui l’entoure, il a le sens du détail, de l’analyse. Ses descriptions sont poétiques, parfois érotiques aussi. Je découvre aussi un homme qui maîtrise tous les détails des chaussures Louboutin, sujet que je ne maîtrise absolument pas. 

Akli a du faire une immersion dans le monde féminin pour écrire un tel roman. Il décrit l’intimité des filles avec une justesse et une réalité étonnante. 

“C’est du cinq cents calories l’unité, mais ça vaut le goût. Tant pis pour nos hanches, tant pis pour nos fesses, welcome capitons et cellulite”. 

“Tu me fatigues avec tes complexes. Il y aura toujours une fille plus belle que toi devant toi.Si Léo t’aime, il t’aimera de jour comme de nuit. Sinon c’est un con et il ne te mérite pas. Moi aussi j’ai des complexes, mais je les mets de côté et j’avance”. (p201)

Le titre du livre est pertinent, mais il aurait pu aussi être “Les cercueils ne sont ni repris, ni échangés” (p46)

Un roman à lire, à dévorer, à embarquer cet été, à partager.