Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand – Michel Lafon

Les gens heureux lisent et boivent du café, Agnès Martin Lugand, roman 2013, roman français, amour, irlande, cadeau noel, à offrir, découverte, premier roman Je ne contredirai jamais, mais au grand jamais Agnès Martin-Lugand, les gens heureux lisent et boivent du café, j’en suis la preuve. 

Agnès Martin- Lugand signe là son premier roman. Un premier roman qui a une histoire un peu particulière, car initialement auto-édité, on lui doit une édition chez Michel Lafon suite au bouche-à-oreille vif et rapide. L’histoire, du livre, nous a même été contée sur TF1 aux infos nationales. 

Bref, il est maintenant chez moi, sur ma table de nuit, mais ne le restera pas beaucoup puisqu’il m’a plutôt valu une insomnie, n’arrivant point à refermer le livre. 

Diane, personnage central et attachant de ce roman, a cessé de vivre. Son cœur bat, sans aucun doute, mais elle ne vit plus. Oublie de se nourrir, ne travaille plus, ne se lave plus, elle est morte. Morte le jour, où son mari, Colin, et sa fille, Clara, sont tués dans un accident de la route, à la veille d’un départ en vacances. Depuis, sa vie à elle n’est plus. Elle refuse tout contact avec sa famille, seul Félix, l’ami, bénéficie de quelques égards. Elle se refuse à se rendre sur la tombe de ces deux amours. 

Diane est une boule de douleurs, elle se sent inutile, seuls les doux souvenirs sont présents. 

Puis, un défi lancé contre elle-même, une envie de fuir cet endroit qui lui rappelle sans cesse sa vie d’avant, son bonheur à jamais perdu. Diane fait ses valises, prend un billet d’avion, loue un cottage. Direction l’Irlande. 

Seule face à elle-même, face à la mer.

Accueillie par les propriétaires du Cottage, Diane apprend à vivre différemment sur les terres irlandaises. Elle y rencontre Edward, un homme bourru, brut, renfermé, peu aimable, voire pas du tout. Mais il est son voisin, elle doit faire avec, et puis, il y a ce chien, le chien d’Edward, l’animal qui va lui permettre de vivre, d’esquisser des sourires. 

Elle hait ce voisin, mais en même temps il fait naître en elle des émotions oubliées, enfouies, refusées. D’incompréhensions en incompréhension, ces deux-là arriveront-ils à se parler, à partager un peu de bon temps ? 

Et puis il y a aussi Mégan, la petite amie d’Edward. Mégan la citadine, la working girl désinvolte et insupportable, limite hystérique. Et puis, Judith, la sœur d’Edward, pleine de vie, déjantée. 

De ce séjour en Irlande, Diane en retiendra la substance moelle de la vie. 

Un premier roman qui ne peut laisser insensible. Le lecteur est happé par les déboires de Diane, par ses peurs, ses angoisses, ses rêves, ses joies, ses cuites. La vie  lui avait offert une famille adorable, un mari attentionné, une petite fille malicieuse et douce. Mais la vie lui a tout repris en une fraction de seconde. Comment se reconstruire après ? Est-il possible de vivre de nouveau ? Quels choix faire ? Agnès Martin-Lugand nous transporte, nous embarque sous sa plume. Nous tremblons, nous rions, nous pleurons, nous avons froid, nous avons chaud, nous vivons. 

Mais pourquoi, alors “Les gens heureux lisent et boivent du café” comme titre, je vous laisse le découvrir. 


A offrir à cette fin d’année à toute amie,

car oui c’est un roman plutôt féminin, si je puis dire ainsi.


Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand, Michel Lafon – 14.95 euros