Le soleil, l’herbe et une vie à gagner – Charles et Thierry Consigny (JC Lattès)

le soleil.jpg

 

Je ne sais si le mot “roman” correspond réellement à ce récit d’un père à son fils, et d’un fils à son père. Il me paraîtrait plus juste de parler de témoignage, car oui il s’agit d’un témoignage.

Un témoignage d’amour, de non-dits durant des années entre un père de famille nombreuse, et un fils en mal de vivre. 

Tout commence par un appel téléphonique du fils à son père. Charles, le fils, appelle son père, Thierry, de l’Hôtel Dieu où il est hospitalisé, à sa demande, après un mauvais trip. 

Charles, jeune homme qui se la pète un peu, avouons-le, se retrouve à l’Hôtel Dieu et voit alors sa vie défiler sous ses yeux. Ses rendez-vous manqués avec son père, avec lui-même.Charles ne sait plus ce qu’il veut, ce qu’il vaut, ce qu’il est. Charles souffre, et à travers sa plume il se livre d’abord à son père, car il ne sait si ce livre paraîtra un jour. Il met enfin des mots sur sa souffrance qui n’est autre que l’accumulation de souffrances enfouies. Charles pause un regard doux sur sa vie, ses choix. Son témoignage est sensible, tout comme lui d’ailleurs. Charles a vingt ans et ne sait pas, ne sait plus. Veut sans vouloir, assume sans assumer. 

Thierry, le père, quelque peu imbu de lui-même, égoîste, ne pensant qu’à lui, son bonheur immédiat, mais sensible, à l’écoute de ses enfants même si parfois il passe à côté de l’essentiel. Thierry, ce père en souffrance, en extrême souffrance même. Les non-dits tuent sa relation aux autres, mais quand il dit, ça fait mal.

Ces deux hommes vont se livrer à travers leurs plumes respectives, sans fausseté, sans crainte, avec leurs faiblesses, leurs forces. Ils s’aiment, s’admirent, mais ne peuvent se le dire. 

Ce récit à quatre mains, ou à deux voix, est poignant, franc et beau simplement.

Je salue Charles, sincèrement, pour son art délicat. L’art de parler de l’homosexualité sans tomber dans les clichés, sans vulgarité aucune, et c’est attendrissant, beau. Charles qui nous parle de ses doutes, du mal être de cette nouvelle jeunesse dorée qui sous ses airs souffre. Oui, notre jeunesse actuelle souffre du trop vite, trop rapidement, du faux semblant. 

Un récit à lire.