Le soleil foudroyé de Christine Baron – Au pays rêvé

image.jpgCe livre a atterri dans mes mains grâce à Marc Magro. Ce dernier à organisé ma rencontre avec Christine. Touchée par cette femme dont la voix est une ode à l’amour, j’ai acquis son roman “Le soleil foudroyé” avec comme seul indice qu’il s’agissait d’un témoignage d’une personne touchée par le décès d’un proche, la perte d’un être cher.
Étant sensibilisée par le sujet pour être orpheline de père depuis mes vingt ans, mais quelque peu angoissée par ce plongeon littéraire dans le monde médical, c’est à pas de velours que j’ai commencé la lecture de ces quelques centaines de pages. Mon idée première à l’ouverture du livre était de “prendre la température” souhaitant avant tout faire une pause dans mes lectures “médicales” (je venais de refermer Médecin d’urgences de Marc Magro).
Mais ce n’était sans connaître le don d’écriture de Christine Baron. Je n’ai pu lâcher le livre. Ouvert hier soir, soit jeudi soir, il n’a cessé de me hanter, atterrissant ainsi dans mon bagage a mains pour m’accompagner dans mes escales !! Mais à une heure du matin, allongée dans le hall du terminal 3 Roissy Charles de Gaulle, je referme avec regret mais avec un doux sourire aux lèvres ce témoignage bouleversifiant !
La narratrice, Christine en l’occurrence, nous conte la maladie de sa petite fille Marine. Un cancer de la glande surrénale, cas rare et malheureusement sans issue positive.
Au fil des pages, la narratrice nous plonge dans ses pensées, dans ses convictions, ses sentiments les plus intimes, sa colère et paradoxalement ses espoirs, même si les médecins lui ont dit que d’issue heureuse il n’y aura pas.
Christine maîtrise l’art de la métaphore, l’art de conter mais surtout l’art de témoigner sans tomber dans le pathos. Sentiment étrange que de lire un tel témoignage et ne pas ressentir de la pitié. Christine ne veut pas qu’on la plaigne, qu’on la console, seulement que l’on sache. Quel talent pour arriver à une telle narration qui vous insuffle quelques sourires au fil de la lecture.
Je suis touchée, à travers les mots et les maux de Chrisitine, transpire aussi la pudeur et c’est ce qui fait que l’on ne peut qu’aimer son écrit, le partager.
À titre personnel, je me suis reconnue au fil de plusieurs pages, quand la narratrice nous fait part de ses convictions religieuses qui ne sont plus. Car comment croire en un Dieu qui vous ôte à vie votre petite fille ? Tel fut, et est encore, mon sentiment quand incertain mois de septembre on m’a pris mon père alors âgé de trente neuf ans. Comment croire ?
Merci Christine pour vos mots, votre partage tout en pudeur et pourtant si personnel.