Le pacte des vierges – Vanessa Schneider – Stock

le pacte.jpg

Achat de ce livre à la rentrée, lecture finie la semaine dernière, et je cherche encore pourquoi les critiques littéraires, dans leur ensemble, annonçaient un roman qui nous parlait de l’Amérique profonde.

Certes, le récit (ou le témoignage, car on ne sait si tout cela est réel) se passe à Gloucester, mais à part cela, rien ne décrit l’Amérique profonde. Certes on y découvre le système santé américain qui ne va pas permettre à ses jeunes filles de bénéficier des soins adéquats en cas de grossesse. On est aussi loin des clichés américains : ne cherchez pas les strass, le m’as-tu-vu, le rêve américain : rien de tout cela.  Ceci dit, je ne suis pas une spécialiste de la littérature, je lis par plaisir, pour m’évader, alors peut-être suis-je passée à côté de ces quelques indices. Ceci étant, j’ai apprécié ce témoignage relaté par quatre des jeunes filles enceintes à l’âge de 15-16 ans.

Gloucester, petit village, compte à la fin de l’année scolaire 17 jeunes filles enceintes prêtes à accoucher au même moment. Que se passe-t-il réellement ? Les médias américains parlent d’un pacte, tentent de savoir, mais les jeunes filles ne diront rien, ne se livreront pas aux médias.

L’auteur, journaliste, arrive elle à interviewer quatre de ces jeunes filles : Lana (leader de la bande), Sue, Cindy et Kelly. Aucune d’entre elle ne veut révéler si pacte il y a, ou il y a eu. Cependant, au fil des pages, et de leurs confidences, le lecteur comprend alors que oui, il y a pacte, que certaines d’entre elles doivent être enceintes du même garçon, qui lui est majeur et risque “gros”. Jamais elles ne dévoileront ou avoueront qu’il est le père.

Quatre jeunes filles liées par une grande amitié, telle que l’on a pu la connaître à nos heures d’adolescent(e)s. Elles se retrouvent dans une caravane, leur nid douillet créé de leurs propres mains. Cette caravane, symbole de leur amitié, de leur pacte : avoir un enfant, et l’élever toutes ensembles. Pour cela, elles se sont constituées sous l’influence de Lana une belle cagnotte qui leur permettra d’assumer leur progéniture.

J’ai, par contre, était très touchée par les problèmes que rencontrent ses jeunes adolescentes. L’une n’ira jamais voir un médecin faute de moyens financiers (fait que je ne peux rattacher à l’Amérique car en France, certaines femmes sont dans le même cas), l’autre se fera payer une échographie par sa maman qui fera des heures supplémentaires pour honorer les frais engendrés par ce simple acte radiologique. Lana, elle, mettra tout en oeuvre pour que les services sociaux ne lui enlèvent pas l’enfant à venir, et l’autorise à vivre chez elle avec une mère dépressive.

Un roman fort, qui se lit facilement. 

Vanessa partage ce témoignage avec des mots simples. A maintes reprises, je me suis demandée s’il ne s’agissait pas d’une retranscription mot pour mot de l’interview menée par la journaliste dont on ne saura rien, par ailleurs tout au long de la lecture.

La fin se veut tragique, mais pouvait-il en être autrement ? 

J’ai découvert Vanessa et pense sérieusement lire d’autres romans de cette jeune journaliste qui a une plume fort agréable.