Le NJF vu by Rosalie, Miss Paillettes et B

Voici une dizaine de jours que le Nice Jazz Festival, édition 2019, a fermé ses portes, après cinq soirées exceptionnelles. Cinq soirées dont deux complètes, et il s’en est fallu de peu pour qu’une troisième affiche complet. Une belle année donc pour le NJF que l’on doit à la Mairie de Nice et son staff !

Cette édition est une édition exceptionnelle, synonyme de réussite, de partage, de joie, de bonheur, de sourire, de foule, d’émotions, de vibrations… les mots manquent. Cette édition c’est aussi la rencontre de Rosalie, Miss Paillettes et B. Toutes les trois vous font part de leur expérience, avec leur plume, leur point de vue.

Le NJF by Rosalie

Cinq soirs, cinq jours de folie qu’il m’est difficile de décrire : le kiff absolu ! Des rencontres, des souvenirs, des potins, des anecdotes à me faire gonfler mon petit coeur. Le Nice Jazz Festival c’est comme un rendez-vous annuel où il est bon de vivre, vraiment. C’est toute une organisation, une maintenance et des innovations. Alors, moi je ne connaissais pas les années précédentes, mais j’ai vraiment adoré les toilettes sèches qui étaient nouvelles cette année. Si, si, je vous assure. Pourquoi donc ? Tout simplement parce que l’écologie a trouvé sa place dans un festival, parce que les toilettes sèches avaient un design de folie, parce que j’étais pas obligée d’attendre des heures pour aller au petit coin, parce que c’est une super idée tout simplement. Bon certes, le NJF ne se limite pas à ses toilettes sèches, je vous l’accorde. Le NJF c’est une aventure humaine, c’est des découvertes musicales, c’est aussi des déceptions (mais je n’en parlerai pas en détail), c’est aussi un espace presse super sympa grâce à Stephane, Florence et François, c’est aussi des nuits courtes, la course à la montre… Le NJF c’est une drogue qui s’infiltre dans mes veines de jour en jour, et je ne veux pas que cela cesse. Je veux rester avec mes potes, je veux continuer à m’asseoir à même le sol et écouter les artistes, je veux croiser au détour d’une allée, d’un concert des gens passionnés, des enfants chantant à tue-tête, des gens heureux d’être la, légers et kiffant la vie tout simplement. Je veux voir ce coucher de soleil, je veux me poser ici ou là avec un verre de rosé et grignoter le bonheur. Le NJF est un bonheur, et “le bonheur est une petite chose que l’on grignote, assis par terre, au soleil” (J. Giraudoux)

Le NJF by Miss Paillettes

16 juillet 2019 : je commence ma troisième édition du Nice Jazz Festival. J’ai hâte de retrouver mes quelques amis du NJF, j’ai hâte de savourer les concerts du théâtre de Verdure, j’ai hâte de me poser à l’espace Presse, j’ai hâte de m’imprégner de l’ambiance de cette édition. L’espace Presse a déménagé : adieu les trois grâces de la fontaine, bonjour le carrousel des jardins Albert 1er. L’installation est chouette : tables hautes, tabourets hauts, fauteuils, espaces de travail et le bar où l’on peut et boire et manger. Cette année, la nourriture proposée est digne d’un grand chef. Chaque soir des menus différents. Je retrouve des connaissances des années précédentes, je noue des relations avec d’autres. Le NJF est un espace où partage et échanges sont les maîtres-mots. La programmation est, à mon sens, exceptionnelle et ce sur les deux scènes. De très belles découvertes musicales côté Théâtre de Verdure. Je deviens de plus en plus fan du jazz, de cette musique qui m’embarque dans des ailleurs qui font du bien. Cette édition est aussi pour moi l’occasion de porter un autre regard, de me concentrer sur les artistes. Cette édition est une bulle d’oxygène dont je deviens accro car je respire à plein poumons, et je vis. Cette édition me permet d’aller à la rencontre des partenaires. Cette édition me permet de définir mon avenir aussi. Cette édition est une porte qui s’ouvre vers de nouveaux projets. Cette édition est à marquer à l’encre indélébile. Merci à tous, et à très vite pour vous faire part de mes nouvelles aventures.

Le NJF by B ou B te parle du NJF

Il me faudra attendre samedi soir pour enfin discuter avec Rosalie et Miss Paillettes. Elles sont toutes deux ravies de cette expérience, et c’est avec joie que nous échangeons sur leurs ressentis. C’est l’heure du bilan.

Cette édition est pour moi une édition particulière : je suis emplie de joie, de nostalgie et par moments de tristesse. Joie d’interviewer les acteurs du NJF, de découvrir les coulisses sous un angle que je n’avais jamais eu jusqu’alors. Joie de la programmation qui me correspond bien, joie de rencontrer mes idoles de jeunesse (Neneh Cherry et les Black Eyed Peas), joie de retrouver Ibrahim Maalouf qui encore une fois met le feu sur le parvis Masséna. Joie de retrouver Frédérica Randrianome, Elodie Ching, Sébastien Buchet, mes amis photographes, mes amis restaurateurs, mes amis tout court. Mais la nostalgie est aussi présente de temps à autre, débarquant en moi sans prévenir. Une nostalgie personnelle mais pas envahissante, donc je gère. Et puis tristesse : tristesse de l’absence de Mathilde avec qui nous avions prévu de venir écouter les Black Eyed Peas et Ibrahim Maalouf. Les larmes couleront, mes yeux regarderont le ciel noir, et je penserai à ma DuponD d’amour. Mais cette édition c’est aussi relever le défi de faire connaître mon site “B te parle”, c‘est travailler avec deux collaboratrices, c’est partager des moments magiques avec deux de mes filles, c’est faire découvrir ce festival, c’est vivre cinq jours, cinq soirs d’émotions, c’est aussi découvrir les jam cessions au Radisson Blu où je vis des moments hors du temps. Cette nouvelle édition est pour moi synonyme de renouveau, de renaissance et je remercie toutes les personnes qui ont contribué à cela, car je ne pensais vivre cette édition 2019 aussi chaudement. Et un merci très particulier à Maureen, Manon, Nina, Romain, Thomas qui ont su m’insuffler l’énergie nécessaire.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *