La meilleure façon de s’aimer d’Akli Tadjer – Editions JC Lattès

meilleure façon d'aimer.jpgEn décembre 2011, je vous faisais part des nouveautés littéraires attendues pour janvier 2012. Parmi elles, “La meilleure façon de s’aimer” d’Akli Tadjer, auteur que je n’avais jamais lu.
Les aléas de la vie font que j’ai lu ce roman en février 2012, mais j’étais dans l’incapacité d’écrire un billet sur ce livre bouleversifiant. Les jours ont passé, entraînant avec eux les semaines, puis les mois, et toujours pas de chronique. 
Et pourtant, j’en crevais d’envie, mais tout s’entremelait dans ma tête, dans ma zone de Broca.
Le temps estompe, le temps permet de prendre du recul, et me permet donc de vous livrer ce petit billet sur un grand roman qu’est “La meilleure façon de s’aimer”, Éditions Jean-Claude Lattès.
 
283 pages d’émotions, oui c’est possible. 283 pages que l’on corne, que l’on déguste, que l’on sirote. 283 pages partagées, puisqu’il s’agit d’un roman à deux voix. La voix du fils, la voix de la mère. 
Le fils, la trentaine, parisien, fils d’immigrés d’Algérie. La mère clouée sur son lit d’hôpital suite à un AVC. Au fil des chapitres, ils vont se livrer sur leur vie passée, leur vie présente et leur vie future. 
Lui, aime sa mère, plus que tout. Elle, aime son fils mais fait preuve d’une grande maladresse pour lui dire. Maladresse que l’on comprend au fil des pages, et qui sera toute excusée.
Et puis un secret, un lourd secret dont le fils ignorera, jusqu’à la fin, l’existence, mais qui n’empêchera point l’explosion des sentiments, et cette manière forte et unique de dire je t’aime. 
 
Saïd, le fils, est courtier dans une compagnie d’assurance, jusqu’au jour où il est licencié pour cause de restructuration de l’entreprise. Une perte d’emploi qui va lui permettre de veiller un peu plus sa mère. Sa mère, cette femme belle, admirable, intelligente, qui a été victime d’un AVC un certain dimanche du couscous. Saïd ne cesse de croire en la guérison de sa mère, cette femme qu’il aime. Tous les jours, il lui rend visite à l’hôpital, elle ne peut plus parler, ne communique plus avec le monde extérieur, jusqu’au jour où, enfin, elle bouge un doigt (son index). L’espoir renaît chez son fils. Maman reviendra comme avant, le traitera de nouveau de grand couillon. Il y croit Saïd. 
Entre deux visites, Saïd se perd dans les bras de Clotilde, une professeur de lycée, rencontrée un soir de la Saint Sylvestre. Tous les deux s’aiment, mais mal. 

“J’aime Clotilde. Elle aussi. Mais on ne sait pas s’aimer. On se dispute pour des riens et lorsqu’on ne se dispute pas c’est tout aussi éprouvant” (p18).

Saîd entretient donc une relation amoureuse en dents de scie avec Clotilde, mais une belle histoire car l’un et l’autre sont présents en cas de nécessité. Une présence souvent charnelle, mais au fond tant nécessaire à tout commun des mortels 

“J’ai téléphoné à Clotilde. Je voulais lui faire l’amour, me perdre dans ses bras et m’endormir auprès d’elle. C’était salement égoïste mais cette nuit-là je me sentais salement seul.” (p84) – “J’avais envie que l’on m’aime, une minute, un soir, une seconde, je voulais me réchauffer dans les bras de Clotilde et l’entendre me dire que sans moi la vie n’était pas la vie.”(p216)
 
Fatima, la mère, est alitée sur son lit d’hôpital. Elle aime Mme Sorel, l’infirmière douce et humaine, qui fume sa cigarette dans la chambre après avoir fait les soins nécessaires. Mme Sorel et Fatima, une belle rencontre, et de la tendresse entre ces deux femmes, malgré l’absence de mots pour communiquer. La plume d’Akli Tadjer est forte, puissante
Fatima, nous parle, à nous lecteurs, pour nous dire tout ce qu’elle voit, ce qu’elle entend, elle nous plonge dans son passé, son vécu en Algérie, ses épreuves de la vie. Et puis, elle nous intrigue avec la petite fille en robe jaune. Cette petite fille en robe jaune est le fil conducteur de toute l’histoire de ce roman. 

“J’avais cinquante ans, déjà. J’étais veuve depuis huit ans, j’avais mes cassettes de musique et un fils de vingt ans pour me tenir compagnie. Le reste, il n’y avait pas de reste. Je vivais au jour le jour à l’instinct comme un animal et ma vie était rythmée par le tintamarre des rames de métro que je prenais matin et soir pour faire mes ménages aux quatre coins de paris. Ce n’était que ça ma vie. ” (p194) 

Elle est touchante Fatima, on a envie de lui tenir la main, à notre tour.

“Je suis sans volonté, sans énergie, molle. Voilà, je ne suis qu’une chiffe molle. J’ai la certitude que c’est le nouveau traitement pour faire baisser ma tension qui m’engourdit le corps et m’endort la mémoire. Le corps, ça m’est égal, je n’attends plus rien de lui mais ma mémoire c’est mon unique trésor.” (p223) 

Elle est une femme qui s’assume. Un mariage avec Ali suite à son exil de son pays pour Paris. Et puis la naissance de Saïd, et le décès d’Ali, et cet homme, Monsieur Tesson,  dans lequel elle se perdra quelques minutes, quelques heures.
 
“Il m’avait étreinte dans ses bras et les yeux dans les yeux il m’avait susurré que j’étais la plus belle femme qu’il ait jamais serrée dans ses bras. Mes yeux se sont embués de larmes ; j’étais foutue. Nous nous sommes revus. Nous nous sommes aimés, je crois.” 

Fatima, une femme généreuse, intelligente, qui garde un lourd secret au fond d’elle. Secret qu’elle nous livre, à nous lecteurs, mais que son fils ne saura jamais. 
 
Le lecteur est le témoin d’une histoire entre un fils et sa mère dans des conditions peu agréables. Qui aimerait veiller un de ses parents sur un lit d’hôpital, sans savoir ce qu’il adviendra de demain? Et puis, le lecteur est tour à tour dans les sentiments de Said, et dans ceux de Fatima. Un bateau pirate des sentiments qu’est ce livre. 
 
Mon coeur fait des hauts et des bas, des larmes coulent sur mes joues à la lecture de certains passages qui vous prennent les tripes et vous renvoient, inévitablement, à un déjà vécu. 
 
La puissance de la plume d‘Akli Tadjer est un tsunami d’émotions. La réussite de ce roman est aussi dans cette faculté à passer des larmes aux rires, de la compassion à la colère, de la tendresse à l’amour charnel, de la peur à la quiétude. Une valse d’émotions. L’auteur a cette capacité de décrire tant un paysage d’Algérie, qu’une scène d’amour, qu’un acte médical, qu’une errance humaine, le tout avec un touche d’humour, qui ne me permet pas de tomber dans le pathos. 
 
Bravo Monsieur Tadjer pour ce dernier roman qui ne peut que toucher l’âme de vos lectrices et lecteurs. 

One Comment

  • Leiloona

    Eh bien, voilà comment un livre qui dort dans ma PAL depuis plus d’un an va se retrouver propulsé parmi mes lectures de la rentrée littéraire. Excellent billet ! 😀