La belle impatience d’Annie Lemoine – Flammarion

549122_10150779101579155_677634154_11938060_1042078470_n.jpgOn ne présente plus Annie Lemoine, et pourtant je trouve que ses talents d’écrivain ne sont pas assez reconnus. La plume d’Annie, c’est un plaisir, c’est simple, limpide, ça coule et ça vous touche. 

En tout cas, Annie m’avait déjà touchée dans mon âme de lectrice, comme quelques rares auteurs ont réussi à le faire. Elle est de ces femmes “publiques” qui sait rester simple, pudique et qui manie les mots, les émotions, les petits moments de vie avec une aisance déconcertante. C’est donc avec un grand plaisir que j’ai acquis son dernier roman “La belle impatience”, paru ce mercredi aux éditions Flammarion.

L’histoire est simple, banale. La narratrice nous embarque dans son monde, dans ses tracas du quotidien, sa situation professionnelle, personnelle, sentimentale…Bref, nous la suivons, vivons avec elle ces petits moments de la vie que nous connaissons tous. Là, où l’auteur fait de ce roman un pur moment de bonheur, de réflexion sur la vie et de détente, c’est par la description physiologique, psychologique et sociologique de son héroîne. 

Trouver l’homme de sa vie, si un temps soit peu nous nous décidons à le chercher aux vues de notre éducation, de l’attente de nos parents qui nous mettent plus ou moins la pression pour se “caser”. 

Vivre l’amitié forte malgré les années qui passent, malgré les changements de situations sentimentales des uns et des autres. 

Vivre, être épanouie, accepter que le temps passe, accepter ce que nous sommes, mais surtout AIMER.

Cent soixante-dix huit pages d’amour où le verbe aimer est conjugué à tous les temps, même au futur.

L’héroîne n’est pas casée malgré la quarantaine, au désespoir de sa mère. Comme elle aime à le dire, elle n’avait tout simplement pas encore rencontré la bonne personne tout en reconnaissant ne pas avoir été la bonne elle-même (p28).

Cela ne l’empêche pas de vivre, d’être toujours l’amie de Ben et Marc, amis de longue date, qui ne se voient plus. Elle souffre malgré tout de cette non-communication entre ses deux amis. L’amitié de mes amis me manque. L’idée de les réconcilier de gré ou de force est née là.[…] Comme quoi, tout se recycle, même le dégoût de la vie. 

Les trois amis vont se retrouver, partager comme au bon vieux temps, et puis être confrontés aux aléas pas toujours faciles de la vie. Mais, ils vont continuer de s’aimer. Oui, aimer, encore et encore. Tous les trois, nous avions pris cette escapade nocturne comme une douce paranthèse insepérée dans nos vies sentimentales en demi-teinte. Comme on prend un médicament pour que la migraine passe le plus vite possible. (p89)

Sous sa plume, Annie nous parle du bonheur sous toutes ses formes, de l’espoir, et de ces bouleversements que nous réservent la vie, sans prévenir. Ses rencontres “amoureuses” qui nous font croire au bonheur, qui nous transportent, qui nous font devenir belle, charmante, et cette belle impatience qui nous grignote…

Grâce à lui, grâce à ce regard vibrant posé sur moi, cette façon naturelle de se tenir à mes côtés le soir de notre rencontre comme si nous nous connaissions depuis longtemps, grâce à ses mots sincères, directs, en réponse à mon premier SMS prudent,neutre et timide, je m’étais réveillée. Le baiser du prince en quelque sorte. (p92)

Un beau roman, un hymne au bonheur, un bel espoir, et un regard vif, vrai, juste et sans faux semblant sur notre vie, notre quotidien. On ne peut que se dire que nos actes journaliers, les paysages qui nous entourent, méritent un peu plus d’attention, et que le plus important dans une vie, c’est aimer. Aimer d’amour, d’amitié, de respect, de vivre…

Un livre à lire, à acheter, à partager, et à relire. A offrir à toute amie, vraiment.


La vie n’était pas d’attendre que les tempêtes passent.

C’était apprendre à danser sous la pluie.