“Je partage ma générosité avec les autres”

Jean-Paul Naddéo, Eternelles routes corses, GrundDimanche est le dernier jour du Festival du Livre de Nice. Jour où Jean-Paul Naddéo m’accorde un peu de son temps pour un apéritif sous le soleil niçois, l’occasion pour lui de se raconter, l’occasion pour moi de découvrir un mec passionné, au regard malicieux et au sourire franc. 

Nous avions prévu de nous entretenir le samedi, mais les aléas du salon et de la météo nous ont empêchés, aussi nous avons fixé 11 heures 30, juste avant le repas, juste avant les caprices de la météo. 

Installés autour d’une petite table ronde, sous un parasol rouge, deux panachés bien blancs pour nous accompagner et un Perrier pour Mélodie, et nous voici donc en grande discussion. 

 

Jean-Paul Naddéo vient de publier aux éditions Gründ, Éternelles routes corses. Un livre écrit à quatre mains avec Marie-Sophie Chabres. Un livre de 230 pages vous relatant les plus belles routes Corses, les bonnes adresses à noter, mais surtout une invitation au voyage. On a qu’une envie, prendre son vélo, sa moto ou sa voiture et partir à la découverte de cette île de Beauté pour y porter un regard autre. 

Mais quel est le parcours de Jean-Paul Naddéo pour en arriver à écrire, illustrer un tel livre qui n’est pas le premier, puisqu’on lui doit aussi Éternelle route Maya, Éternelle route des Grandes Alpes, Éternelle Nationale 7 et Éternelle route 66. 

Jean Paul Naddéo, eternelles routes corses, GrundJean-Paul Naddéo a toujours travaillé dans l’édition, tout comme son voisin de stand, Gilles Paris. Il débute chez Robert Laffont comme stagiaire après avoir travaillé quelques temps dans une librairie. Au fil des années il devient responsable, puis enchaîne quasiment tous les postes que peut compter une maison d’édition comme Robert Laffont à l’époque. Epoque où il travaillera avec mon oncle. Le choc de notre entretien, il est l’ami de mon oncle, je suis la nièce de son ami de travail. Le monde est petit, vraiment petit. 

Tour à tour stagiaire, responsable, à la direction de Larousse, commercial, attaché de presse, précurseur avec ses barbies, et doté d’un marketing nasal, Jean-Paul est un homme qui ne connait que le monde de l’édition. Passionné de sports, et particulièrement de la montagne (autre point commun avec mon oncle), et moniteur de ski, amoureux de la moto et des voitures anciennes, aimant les voyages, Jean-Paul concilie à l’heure de sa retraite ses passions et l’édition et se lance donc dans l’écriture des éternelles routes. 

Il est un grand voyageur et décide donc de nous rendre compte de ses aventures. Ses livres sont donc simplement la compatibilité de son métier et de ses passions. Il n’a donc pas l’impression de travailler, et ne l’a jamais eu. Pour lui, il ne s’agit pas de travail, mais de plaisir. Ses yeux brillent quand il parle, et ses mains s’agitent aussi, renversant ainsi mon panaché sur mes notes, mon jeans, mon sac, la table..Bref, c’est Jean-Paul et je ne peux lui en vouloir car la passion transpire en lui. 

Cet homme est un amoureux de la vie. Il aime aller vers les autres, s’enrichir, partager sa générosité, voir les gens heureux.

Ses livres demandent toutefois un fastidieux travail d’enquête. Il se documente, s’attache à l’aspect historique, va à la rencontre des “locaux”, partage avec eux. Il vérifie aussi toute sa documentation, un travail approfondi. Il photographie, élabore les cartes. Tout cela avec la complicité de Marie-Sophie Chabres. Tout cela lui parait incontournable et indispensable pour offrir aux lecteurs un livre authentique, à son image.

En parallèle, il collabore au très chouette site lelivrescolaire.fr, une nouvelle génération de manuels scolaires papier et numériques, collaboratifs et personnalisables.  

Oui, Jean-Paul est un être authentique, qui ne ment pas, et qui n’a pour nourriture que la joie des autres, la générosité et le partage sans quoi il ne pourrait vivre. Aurélie de Gubernatis, Gilles Paris et Patrick vous le confirmeront, cet homme est extraordinaire. 

Un homme touchant, un homme vrai et joyeux. 

Merci à toi Jean-Paul et merci aussi pour le repas du midi. 

A vite. 

 

Jean Paul Naddéo, Aurélie de Gubernatis, Patrick Esclapez, Gilles Paris