Je grandirai plus tard – Elie Semoun – Flammarion

je-grandirai-plus-tard-342877-250-400.jpgSoyons honnête avant toute chose. J’ai acquis ce livre à la FNAC de Nice, non pas par admiration pour Elie, mais par curiosité. Curiosité non d’Elie, mais du livre promu par un ami : Guillaume Robert. 

Oui, je dois cet achat à Guillaume Robert uniquement. Je lui fais confiance dans ces choix éditorialistes, donc me voilà fraîchement mariée en pleine lecture de l’autobiographie d’Elie Semoun

Je connais Elie Semoun de nom, je serais incapable de vous dire une réplique, une seule d’un de ses sketchs. Je  connais Elie et Dieudo, Elie et Franck Dubosc, Elie acteur, je connais mieux. Je ne suis pas fan, il fait partie du paysage des humoristes français. Il peut me faire rire, mais je le préfère en acteur. Ce n’est donc pas une fan qui lit son autobiographie, mais une citoyenne lambda. Je ne suis pas non plus curieuse de sa vie. Mes amies et amis, qui grâce à  Facebook, sont au courant de ma lecture en cours, me demandent “Il parle de Dieudo dans son livre ? Il parle de sa religion ?”. Bref, les questions fusent sur le personnage public lié, je ne sais pourquoi, à des problématiques politiques et religieuses. A croire, que l’on ne retient que ça de lui. 

Alors à vous tous, je vous réponds “Achetez son autobiographie, et vous aurez les réponses”. 

Et oui, Elie se livre tout au long de 225 pages, mais pas de polémique, pas de jugement. Juste une vision d’Elie que l’on ne peut que respecter. Elie se livre, mais n’étale pas. Elie reste sensible, doux, et pudique. Quel art que de se dévoiler ainsi sans tomber dans le cliché “Voici” ou “Closer”. 

Dès les premières pages, je suis happée par Elie. Son enfance, son frère, sa sœur  sa famille, ses origines. C’est triste, émouvant mais nous ne sommes pas dans le pathos. Là est la force de “Je grandirai plus tard”. 

De son enfance à son premier succès avec Dieudo, de la perte de sa maman au décès de son frère, de ses petites annonces à Tranches de vie, Elie nous emporte dans sa vie personnelle, dans ses doutes, dans sa frénésie de travail, dans ses relations amicales, dans sa passion pour le jardinage.

Tour à tour on découvre un homme boulimique de travail, perfectionniste, amoureux de la vie, et portant un certain regard sur des sujets sensibles qui ne peut être que respecté. Un homme doux, sensible, aimant mais aussi un homme avec ses blessures, ses doutes et ses rêves. 

On butine avec lui, passant du monde des paillettes au calme d’une campagne où il aime vivre et s’occuper de son jardin qui doit être une oeuvre d’art. 

Les  mots sont simples, forts. La vie d’Elie est celle d’un homme qui a grandit avec l’absence d’une mère, un homme qui se sent français avant de se sentir juif, un homme qui vit dans son temps. Un homme qui n’est pas dupe des relations existantes dans le show-bizz.

Parce que sa maman est partie trop tôt, il décide de devenir humoriste. Étrange que de se dire que parce que maman est morte, j’ai décidé de faire rire les autres. Parce qu’Elie est fleur bleue, parce qu’il est entier, parce qu’il est émotif et exclusif, il ne retient que le bon chez l’autre. Il ne juge pas. Il a un sentiment d’inachevé avec Dieudo, comme avec Franck Dubosc. Il est fidèle à Muriel Robin (et la réciproque est vraie aussi), il agit aussi par impulsivité, par coup de foudre. Juliette en est la preuve. 

Je referme ce livre avec un regard autre sur Elie. Je le regarderai différemment  Il est simple, il est doux, il est honnête et puis surtout il ne se cache pas de ses faiblesses, de ce besoin de faire rire, d’être connu. Beaucoup d’affection pour Elie Semoun, et surtout je vous invite tous à lire son autobiographie qui est vraiment un pur bonheur de lecture. Vous passerez des sourires aux  larmes, de la peine à la joie, et puis vous comprendrez cet homme que les médias ont parfois malmené avec l’histoire de Dieudo. Vous découvrirez un homme qui a dû affronter la dure loi de la vie, qui a mené des combats sans les médiatiser, qui est resté au fond ce petit gamin qui aimait faire rire mais qui protégeait son jardin secret. 

Elie, si tu me lis “Merci d’être ce que tu es, et promis mes parents ne te téléphoneront pas pour que tu me rappelles”. 

 

Je grandirai plus tard – Elie Semoun – Flammarion – 19.90 Euros

One Comment