Irène Frain ouvre les “Jeudis Littéraires” à Nice

jeudis littéraires0001.jpgLa semaine dernière je vous faisais part de ce nouveau rendez-vous niçois et littéraire, auquel je me suis rendue ce jeudi 17 avril avec mon amie Nathalie Coste, dont je ne manquerai pas de vous parler dans quelques jours. Mais ça c’est une autre histoire. Revenons à notre premier Jeudi Littéraire, à qui l’on doit l’initiative à Aurélie de Gubernatis. 

17h45 : Nous franchissons le seuil de cette superbe bibliothèque “Louis Nucera”. Tout au fond quelques chaises, quelques personnes sont déjà installées. Nous nous avançons dans le silence le plus complet (quelques étudiants travaillant), et nos yeux balaient cet espace dédié à la lecture. C’est la première fois que j’entre. Je découvre donc l’architecture moderne de cet espace. 

De loin, j’aperçois Irène Frain, déjà rencontrée la semaine dernière dans le cadre du Prix Baie des Anges-Nice-Matin, dont elle est jury. Toujours aussi souriante, belle, charmante et douce. Se tient à côté d’elle, une belle femme blonde qui n’est autre qu’Aurélie. Je me présente, son accueil me fait rougir. Elle sait qui je suis car un ami commun lui a conté mon billet de la semaine dernière. Merci Gilles !

Nous prenons place, et j’observe, je prends des notes aussi. L’attente semble longue. Mais qui attendons-nous ? Irène est là pourtant…. 

Le public est mixte, la moyenne d’âge est la soixantaine, mais je me sens bien malgré ma petite quarantaine 🙂 

Les gens se parlent, ils sont des habitués des conférences. Le débat porte sur Françoise Sagan, dont le fils vient de tenir une conférence au CUM de Nice. D’autres cherchent Irène Frain du regard. Ils ont lu ces œuvres mais sont incapables de mettre un visage sur cette plume. 

18h20 : des pas résonnent, des hommes en costumes sombres s’avancent. Qui sont-ils ? Les visages se dessinent et nous découvrons alors que Monsieur le Maire, Christian Estrosi, est là. Il est accompagné de Jean-Luc GAGLIOLO, conseiller municipal délégué au Patrimoine, à la Lutte contre l’illettrisme, au théâtre, à la culture et à la langue niçoise, et déjà rencontré aussi dans le cadre du Prix Baie des Anges, en sa qualité de jury. 

jeudi littéraire première.jpgMonsieur Christian Estrosi, en sa qualité de maire, est heureux d’inaugurer cette belle initiative. Il ne manque pas de nous rappeler Louis Nucéra, de mettre l’accent sur le livre et la ville de Nice, la lutte contre l’illettrisme, le salon du Livre qui ne va pas tarder. Son discours est élogieux, et avouons qu’il est un grand orateur. 

La parole est donné à Aurélie de Gubernatis qui a son tour remercie tous les partenaires qui ont permis que les “Jeudis Littéraires” voient le jour. Irène Frain prend place, l’échange peut commencer, et c’est avec joie et le sourire aux lèvres qu’Irène s’adresse à son public. 

Attachée à la ville de Nice, elle remercie Suzanne Nucéra,veuve de Louis, de sa présence. Entre ses deux dames charmantes et élégantes une longue histoire d’amitié, une certaine complicité que l’on peut palper. Pour Louis Nucera, la question des origines était très importante, et c’est pour cela qu’Irène, au-delà de l’amitié, nous parle de cet écrivain niçois. En effet, Irène est venue nous présenter son dernier roman “Sorti de rien”, paru chez Seuil. C’est un livre de mémoire, d’amour, un livre de la mémoire et du présent. 

sorti de rien.jpgIrène Frain est thésarde, agrégée de lettres. Son père a une place importante dans sa vie, elle était sa préférée. Elle a de lui la curiosité, elle est curieuse de tout comme elle aime à le dire. Elle quitte très tôt la maison familiale, est professeure. Métier qu’elle qualifie de “passeur” et je ne peux qu’être d’accord avec elle. C’est une femme qui n’a de cesse que de travailler : journaliste, professeure, écrivain. Elle aime les histoires. Elle nous parle d’histoires. Histoire et histoire (importance de la majuscule). Sans le grand H, l’histoire est une story. Historia c’est une enquête au départ. C’est aussi un conte en français. Irène joue avec le mot “histoire”, car dans son sillon d’écrivain il y a ce mot “histoire”. Elle est une historienne de la grande Histoire, elle a suivie la story Agnelet, elle est dans l’histoire immédiate et elle nous conte son histoire personnelle. 

Ce roman est né d’une réflexion qu’elle reçoit un jour. Un journaliste, dont on taira le nom, lui dit un jour “Vous êtes sortie de rien”. Elle se tait, subit un chaos interne, et se sent impuissante. Elle ressent la colère de la dignité tâchée. Cette phrase lancée comme une flèche en plein cœur, l’interpelle, et elle décide de savoir pourquoi un tel propos. 

Pour cela, elle va “enquêter” sur ses terres natales en Bretagne. Son métier de journaliste l’aidera pour approcher les bretons. Elle ouvrira enfin la fameuse valise noire paternelle, rangée chez elle en haut d’une étagère, sept ans après le décès de son papa. Elle part ainsi sur les traces de son père, sur l’histoire de son père, de sa mère, son histoire. Elle nous conte les codes des bretons. Les bretons de Terre, et les bretons de Mer : les mêmes fondamentaux, respecter les silences. Les silences ont une grande signification, Irène nous parle de l’épaisseur des silences. Elle cite son père pour illustrer son propos “Le bien ne fait pas de bruit, le bruit ne fait pas le bien”.

Elle nous fait découvrir sa Bretagne, l’histoire politique de sa terre natale : les rouges, les blancs, et elle qui viendrait des noirs… 

Irène a écrit ce roman pour être au clair pour le tiers de vie qui lui reste. Pour cela  elle est allée aux enfers pour explorer les enfers, nécessaire pour revenir aux vivants. 

L’échange est joyeux, empli d’anecdotes et puis le phrasé d’Irène Frain. Elle manie tout aussi bien la langue orale que la langue écrite. Je suis charmée, impressionnée…Jamais je ne pourrais converser avec Irène, tellement elle me laisse sans voix. Je ressens un profond respect pour cette femme. 

Une très belle rencontre, une seule envie : lire “Sorti de rien”. Je m’en vais donc commander un exemplaire chez mon libraire, et vous donne rendez-vous dans quelques jours. 

Merci à Irène Frain, Aurélie de Gubernatis, la ville de Nice, Suzanne Lucéra.

 

“Moi,la fille à la déprime,je me soigne à la curiosité”