Festival du Livre de Nice – Préambule avec David Foenkinos

Jeudis littéraires, Nice, David Foenkinos, Aurélie de GubernatisJeudi 12 Juin, rendez-vous était donné à la Bibliothèque Nucéra pour les jeudis littéraires, et en préambule de l’ouverture du Festival du Livre de Nice. L’invité de ce jeudi était le grand, le talentueux David Foenkinos

Dès 17 heures 45,  il était difficile de trouver une chaise libre. Cependant avec mes amies, Nathalie et Gisèle, nous trouvons trois fauteuils bien confortables au premier rang, face à David, face à Aurélie de Gubernatis, extraordinaire dans l’exercice de l’interview. Nous noterons la présence de Jean-Luc Gag, conseiller municipal, présent à tous les événements culturels de la ville, soulignons-le.

David Foenkinos aime Nice, il est un fidèle auteur du Festival depuis dix ans, et quelle joie pour lui d’être là cette année, et qui plus est de bénéficier de cette rencontre qui lui permet de venir un jour plus tôt. 

Son dernier roman, La tête de l’emploi (J’ai Lu) paru en décembre 2013, est dans la veine des romans de David, amour, couple, fidélité sont au cœur de ce roman, mais pas que. 

Au départ, ce roman est une nouvelle écrite voici quelques années, après avoir vu un reportage sur un mec de 50 ans qui retourne vivre chez ses parents, un homme de cette génération que l’on nomme “génération boomerang”. De ce fait tragique, David en tire une nouvelle écrite sur un ton léger,une comédie. Le même ton utilisé pour Je vais mieux (Gallimard)

David nous explique qu’il est excité par la tonalité des prénoms, et a donc choisi  Bernard pour le héros malheureux de son dernier opus. Parce que dans Bernard il y a déjà une part d’échec inscrite dans ce prénom. Obligatoirement ça va mal se passer avec Bernard, ça sonne déjà dans le prénom. Comme le dit si bien David, le prénom est la bande annonce d’un destin

David éprouve toujours de la sympathie pour ces personnages, alors il nous explique que malgré ce prénom pas facile, Bernard, il aime bien ce pauvre type de 50 ans qui va retourner vivre chez ses parents suite à un licenciement, la perte de moyens financiers, une femme qui veut faire “une pause” (comprendre que sa femme va le quitter, dixit David). 

Bernard est dans la figure du personnage qui ne maîtrise pas sa vie, un passager clandestin de sa propre vie. 

De ce sujet grave, David en écrit une comédie douce et grave. La légèreté et l’humour n’empêchent pas la gravité des situations. 

David Foenkinos, La tête de l'emploi, J'ai LuCe dernier roman est une satyre de notre société actuelle, mais aussi un regard sur la superficialité de notre monde contemporain. David met en exergue le manque de relations sincères entre les êtres. Face aux catastrophes qui vont se succéder dans la vie de son héros, l’effet domino ne peut être arrêter. Les gens autour de lui s’écartent. Il se retrouve sans boulot, une femme qui part, une fille qui file à l’autre bout du monde, et des potes qui disparaissent par lâcheté. Bernard retourne donc là où il a été élevé, mais un retour dans la douleur. Là où il doit mettre des pantins pour entrer, comme si les parents ne voulaient pas qu’il laisse trace de son passage. 

Ces mêmes parents qui décident un jour d’organiser un repas avec un couple d’amis dont la fille est elle aussi retournée vivre chez eux. Bernard se retrouve donc comme un adolescent. L’adolescent à qui on demande d’être gentil avec la fille de nos amis. Sauf qu’il a cinquante ans notre Bernard. Ces mêmes parents pour qui les préliminaires sont “Des chiffres et des lettres”, et l’extase vient avec “Question pour un champion”. Cette fameuse émission qui a été pour David la consécration lorsqu’un jour Julien Lepers pose la question “Qui a écrit la Délicatesse?”. David connait alors la fierté, sauf que personne ne trouvera la réponse. 

David se livre ainsi durant plus d’une heure. Le verbe est beau, la répartie est excellente. David parle, David est passionné et passionnant. On passe du rire à la gravité quand on l’écoute. Quand David nous raconte son prochain roman, un silence de plomb pèse dans la bibliothèque, car David nous embarque avec lui dans son discours. 

De cela je vous en parlerai prochainement, je peux vous dire que son prochain roman n’est pas dans la même veine, écrit différemment, et nous narre la vie de Charlotte Salomon, artiste. 

David est un auteur qui s’intéresse à notre monde, aux faits de sociétés tragiques, aux différentes pressions psychologiques que nous subissons. Il décide de parler de cela sur le ton de la comédie, mais comme il le dit si bien, avec le même thème il peut nous écrire un Dardenne. 

Dans notre société, la normalité n’existe plus. Il n’y a plus d’autoroute de vie. Notre société nous pousse à nous réinventer, et à adopter ce que l’on sait faire depuis de longues années à cette nouvelle société. 

David nous donne quelques conseils de vie, j’en retiendrais deux 

  1. Quand un couple bat de l’aile, il faut trouver un pote dépressif et l’inviter. Le couple ira mieux. 
  2. Les femmes sont plus intelligentes que les hommes, c’est une évidence, donc inutile d’en parler. 

Merci David Foenkinos pour ce moment partagé, et merci encore à Aurélie de Gubernatis pour cette belle initiative que sont les Jeudis littéraires qui reprendront en septembre. 

Et puis une spéciale dédicace à Jean-Roch, et à la dame à la robe rouge. 

 Jeudis littéraires, David Foenkinos, Aurélie de Gubernatis, Nice