FeStival du Livre de Nice – Juin 2013 – Partie 2

Cette deuxième, et avant-dernière, journée s’annonce particulièrement riche en rencontres, en retrouvailles. J’ai hâte, et paradoxalement je prends mon temps pour me préparer, profitant de ce samedi matin en famille. 

Presque onze heures, mon fils aîné m’a abandonnée pour trois mois, alors je m’en vais partager un café avec mon amie Anita. Oui, Anita, celle qui était là aussi l’année dernière à mes côtés. Café sur la Place Masséna, puis direction la place Gautier. 

Je ne lui laisse pas le temps de se promener, je la dirige avec une certaine autorité, mais beaucoup de complicité au stand G4. Elle doit rencontrer Catherine et son Enfant de Calabre, aux Editions Héloïse d’Ormesson. Je  lui offre, Catherine lui dédicace, et Fabienne Blanchut nous rejoint pour des retrouvailles tant attendues, et pour me remettre les Coquinettes pour la malicieuse Malizzia. Nous prenons rendez-vous pour midi, en attendant je reste avec mon amie Anita, et nous nous promenons (ou piétinnons précisemment) dans ce dédale auquel je ne me fais pas. 

Midi : Anita m’embrasse, rendez-vous demain matin, et hop hop je rejoins mes amies Catherine et Fabienne. Loin de la foule, des auteurs, nous discutons de tout et de rien devant une salade et un verre. Nos retrouvailles relèvent de la sphère privée, alors passons au  début d’après-midi, mais MERCI les amies. Hâte de vous retrouver.

Quatorze heures trente : certains auteurs tant attendus sont derrière leurs piles de livres, le sourire sincère ou figé. C’est ainsi qu’une auteure me recevra, et me fera fuir. Son air détaché, antipathique a cassé mes envies de rencontres. Clémentine Célarié arrive, naturelle, souriante. Se pose à côté de Richard Bohringer, et là une demi-heure surréaliste. Je me retrouve au milieu d’eux deux. Nous discutons à bâtons rompus, ils  sont simples  et surtout  égaux à eux-mêmes. Pas de distorsion entre la fiction et la réalité. J’apprécie simplement. 

Café avec mon cher G. Cela aussi relève de la  sphère privée, mais quel moment. Merci G.

Et puis, la fatigue, la jambe qui fait mal, qui est douloureuse, alors je me pose au Stand G2, accompagnant Isabelle Alexis dans ses dédicaces, et c’est parti pour deux heures de fou-rire et d’anedoctes improbables, mais oh combien réelles. Isabelle apprendra un nouveau mot (tout comme  moi) : chagasse… Nous n’avons toujours pas compris ce que ce dernier signifiait, mais la dédicace a été faite à Chagasse. (Si tu me lis, explique moi ce que c’est donc)… Et ces deux jeunes hommes, qui demandent à Isabelle si son livre parle de la Corée. Regards interrogateurs entre nous ? Pourquoi la Corée ? Ben, y a PSY dans le titre, donc Corée…. Sans voix nous sommes restées. Et puis, cette dame attendrissante qui cherche un éditeur pour son autobiographie, et ce jeune G. qui en un tour de pirouette nous a échappé… 

Bref, après cette pause fort sympathique, retour dans les allées. Continuer mes achats, mes rencontres, et comprendre comment se monte un FeStival du Livre. Que de découvertes !

Ma journée tire à sa fin, il est presque dix neuf heures. Je m’en vais quand soudain un homme me regarde, me décroche un sourire. Qui est-il donc ? 

Je cherche, sa trombine me parle.. Il m’accoste, me demande si je suis bien Bérangère. Ben oui, je réponds, un peu méfiante. Il se présente. Il se nomme Nicolas Rey. 

Je rentrerai plus tard chez moi donc, et reviendrais demain.