Facebook, mon amour – Eric Neirynck – LC Editions

facebook mon amour.jpg

 

Comment ce livre est arrivé entre mes mains ?

Grande histoire, sujet d’un roman qu’est l’acquisition de ce livre. Voici deux semaines, je commande ledit manuscrit via une grande enseigne nationale. Commande, paiement (et oui dans le Sud, on paie sa commande avant réception) et attente de l’appel qui m’informera de l’arrivée de cette oeuvre. Point d’appel à l’horizon, retour à l’enseigne nationale qui me dit que ben “y a un problème”, faut recommander. Je dois repayer ? non bien évidemment. 

Contact avec l’auteur via Facebook, bien sûr, et je commande alors via le site de l’enseigne nationale. Livre dispo, alors je fonce, commande par là même d’autres livres, et après validation, on m’informe que le livre sera disponible entre le 6 et 11 octobre. Arghhhhhh

Dimanche soir, contact avec l’éditeur qui m’informe que je peux commander via le site des éditions LC, je fonce car je veux lire ce livre, et je dois en offrir un exemplaire à une amie. Je commande le livre, donc dimanche soir, y ajoutant au passage “Peut-on aimer une morte ?” de JL Poly, et je paie en ligne. Vingt minutes plus tard, mail me confirmant l’envoi de mes achats dès le lendemain, soit lundi matin, soit hier.

Aujourd’hui, mardi, arrivée à la maison avec deux sacs emplis de corrections, livres pédagogiques et en option 7 enfants (oui, oui), détour par la boîte aux lettres. Oh surprise, joie, émotion : une enveloppe kraft de Paris qui tient au chaud mes deux achats du dimanche soir. 

BRAVO LC EDITIONS pour votre délai de traitement de commande et de livraison, vous êtes au top. 

Voilà donc “Facebook, mon amour” entre mes mains, sept gamins alignés sur la table du salon à faire leurs devoirs (du CP à la terminale),et une Bérangère qui lit entre deux “C’est juste ? Je comprends pas …”

Lecture de Facebook, mon amour par moi-même

Sept enfants plus tard, devant une bière fraîche,sur la terrasse au soleil, avec vue sur mon jardin, je déguste ce doux objet qu’est le livre. Oui, j’aime le livre,l’objet livre (je suis ok avec Beigbeder) : le toucher, le sentir, le gribouiller, le corner pour les pages qui me plaisent. 

Deux heures plus tard, livre fini. Je ne veux pas le fermer, mais il le faut, y a plus de pages. Tant pis, je le lirai de nouveau, car on peut le lire plusieurs fois, et en plus aucune obligation de suivre un ordre chronologique puisqu’il s’agit de quatorze nouvelles, courtes, concises, surprenantes.

J’en pense quoi ? 

Tout en lisant ces nouvelles, se déroulait dans mon cerveau des courts métrages. Je lis, je vois les images, je vois les scènes, par contre les personnages sont troubles, mais ce n’est pas dérangeant, loin de là. 

Eric ne vous décrit pas les personnages ou très peu, il s’attarde plus sur le ressenti de ces personnages. Mais est-ce vraiment des personnages créés par l’auteur au fil de sa lecture des différents statuts de ses amis facebookiens ou s’agit-il de lui et l’autre? L’autre qui est tour à tour une femme ou un homme. 

Les femmes. Parlons-en. Elles ont une place centrale dans les nouvelles. La femme, celle qui fait naître le désir chez lui (le narrateur), celle qui, fugace, traverse une nuit, une semaine, quelques mois du narrateur. La femme jeune, la femme belle, la femme qui a vécu, la femme esseulée, la femme qui souffre intérieurement, la femme qui consomme l’homme l’instant d’un corps à corps, la femme sous toutes ses coutures.

L’homme ou l’Homme, je ne sais pas, je me pose encore la question. Mais l’homme sensible, malheureux, honteux, peureux est aussi fort bien décrit dans les nouvelles que nous offre Eric. 

Il s’agit de “vignettes de vie” comme il est écrit sur la quatrième de couverture. Certes, mais je préfère le terme de courts métrages, car tout est fluide, tout va vite sauf la description des sentiments. 

Eric, l’auteur, s’est-il inspiré de sa vie, de ses souffrances, de ses découvertes pour écrire ce recueil ? Je ne sais pas et je ne veux pas savoir car le fait de savoir casserait la tendresse que j’ai pour les personnages que j’ai rencontrés ce soir en lisant ce livre. 

La plume d’Eric

Je ne suis pas experte du tout dans l’analyse linguistique des textes que je lis, qu’il s’agisse de nouvelles, de romans ou autre. Je n’ai pas la prétention d’être une chroniqueuse littéraire, je suis simplement une lectrice qui vous rend compte de ses lectures avec son ressenti en tant qu’humain et non sous l’axe littéraire. Cependant, je note que l’auteur a une plume très stylisée. Eric utilise dans une même phrase le mot gland, parois et palais. Phrase crue mais écrite avec délicatesse, amour et tendresse. 

Amour, tendresse : mots très souvent utilisés par l’auteur, mais qui n’apparaissent jamais comme des répétitions. Doué Eric. 

Une nouvelle sur le thème du suicide écrite avec une volupté, une tendresse et une timidité touchante m’a émue, beaucoup. 

Bravo Eric, moi j’aime beaucoup, je ne regrette pas mon achat, bien au contraire. 

Et puis au delà de ça, j’ai un nouvel ami 😉

One Comment