“Etre à Nice, c’est comme un réveillon”

Franz-Olivier Giesbert recevait son ami Olivier de Kersauson, ce samedi 14 juin à l’Auditorium du MAMAC à Nice, dans le cadre du Festival du Livre 2014 organisé par la ville de Nice. 

Ces deux amis de longue date arrivent à l’heure, souriants et repus de leur délicieux déjeuner à La Petite Maison, restaurant incontournable de Nice. Une adresse à noter, et ça vaut le coup d’y aller au moins une fois dans sa vie. L’auditorium est complet, une moyenne d’âge proche de la soixantaine. Une majorité de femmes, et une majorité de personnes curieuses de rencontrer l’homme de la radio, et non le marin. Ce n’est pas mon cas, je suis venue entendre le navigateur et je ne vais pas être déçue. 

Franz-Olivier Giesbert (FOG) débute cette rencontre en parlant d’amour avec Olivier. L’amour à la Kersauson c’est quoi ? Y a du brutal évidemment ?

Olivier confirme. L’amour est un simulacre de la reproduction, pour Olivier, mais pas que. Y a du brutal parce que  y a un choc émotionnel quand même. Le merveilleux de l’amour n’est pas abordé avec sérénité, c’est très impressionnant, très anormal, tout à fait unique, qui engendre une série de traumas de plus ou moins longue durée selon sa nature, mais il n’y a pas quelque chose d’innocent dans l’amour, c’est la violence de la révélation de toi, rétorque notre navigateur. 

FOG souligne qu’il n’aurait jamais cru que son ami parle comme ça de l’amour il y a dix ou vingt ans. C’est un imposteur. Il fait croire qu’il est macho, misogyne, il passe son temps à parler en mal des femmes mais il a quand même découvert l’amour tardivement. D’ailleurs, il suffit de lire Paris-Match. Huit pages consacrées à ODK, c’est beaucoup plus que pour la Reine d’Angleterre, que pour le mariage de Katy et le Prince William. Olivier ne laisse pas finir son ami et nous balance, à juste titre, qu’il est plus crédible que la reine d’Angleterre sur les choses de l’amour. L’amour avec la Reine d’Angleterre c’est un problème d’antiquaire. 

Le ton est donné pour cette rencontre. Les rires fusent. Mais Franz-Olivier veut vraiment savoir ce qu’est l’amour et Olivier de Kersauson. Un brin agacé, Olivier clôture en balançant “Non mais tu me parles de l’amour, c’est comme si moi je te parlais de cuisine. T’y connais rien, moi non plus, on pratique comme on peut”. 

FOG part donc sur un autre sujet : la boisson. Nous rappelant qu’il n’a pas eu la chance de partager l’amour avec son ami, mais qu’il y a quelque chose qu’il a souvent partagé avec lui, c’est la boisson. Un grand moment de la vie d’Olivier. 

Effectivement, ODK a beaucoup bu à une époque. Alors que ça fait 25 ans qu’il ne boit à peu  près que de l’eau. Propos contrecarré par FOG, qui lui rappelle que c’est faux puisqu’ils viennent de déjeuner ensemble. 

L’argument du navigateur est un hymne d’amour à la ville de Nice. ODK lui répond “Non mais attend, on est à Nice. Etre à Nice c’est comme un réveillon. T’arrive dans cette ville extraordinaire au bord de la Méditerranée. Non mais c’est vrai j’adore cette ville. Ne me demandez pas pourquoi. J’adore cette ville, je trouve qu’elle a un charme fou. J’adore l’architecture de la vieille ville dans laquelle nous étions. Je suis venu à Nice uniquement parce que j’adore Nice et pour aller à La Petite Maison que j’adore. Pas du tout pour signer mes livres, ce dont j’ai horreur. Donc que tout le monde se détende.”

FOG veut rassurer l’assemblée et souligne que son ami a pris un engagement sur ses livres. Et revient donc sur le thème de la boisson, lui demandant si la boisson c’est un dépassement de soi-même, c’est une transcendance, c’est la recherche de Dieu, c’est quoi ? 

“C’est une porte entrouverte sur une partie de toi que tu n’oses pas avouer”, sera l’ultime réponse d’Olivier de Kersauson au sujet de la boisson. Mais cela ne suffit pas à FOG, qui lui demande “C’est-à-dire?”. L’occasion pour les deux amis de s’envoyer quelques piques, dont eux seuls ont le secret. 

Olivier rappelle à son ami qu’il a été viré du Point, qui lui rétorque que lui a été viré par la mer, ce à quoi ODK répondra sur un ton que lui seul maîtrise “Moi la mer m’a viré à 70 ans, toi ils t’ont viré à 65, alors tu vois que j’ai quand même du rab”. 

Sentant que le dialogue va peut-être dérapé, FOG balance son interview sur la pêche à ligne. Information qu’il a lue dans la presse mais qu’il confirme nous rappelant alors qu’il est un vieil ami d’Olivier. L’occasion pour l’interviewé de nous préciser que FOG était avant le début de cette conversation, était un vieil ami. 

FOG peut l’appeler n’importe quand, Olivier répond quelque soit l’heure avec le décalage horaire, le côté marin, et quand il lui répond, il ne lui parle que de  pêche, l’informant qu’il a pêché un espadon comme ça. Même s’il n’envoie jamais de photo et que donc on ne peut savoir si cela est vrai d’ailleurs. Mais oui, Olivier de Kersauson se consacre à la pêche au gros du thon, et ça c’est sa vie maintenant. FOG lui demande si cela n’est pas trop  chiant. 

Olivier rentre alors dans un monologue. “Non ce n’est pas chiant. J’adore même. Je pars tout seul, j’aime bien être seul. Si vous vous sentez de trop d’ailleurs vous pouvez quitter la salle nous balance-t-il. La solitude c’est des beaux moments, c’est des moments de recueillement de l’âme, des moments de concentration, et j’aime bien être seul à la pêche. Je pêche parce que c’est le plus vieux métier du monde. C’est le métier des apôtres.”

FOG trouve cela dégueulasse de tuer le pauvre thon qu’Olivier ramène, et de s’inquiéter comment est tué le fameux thon. 

Olivier aime tuer, il tue lui-même le thon. Il le tue avec son couteau, juste derrière la tête sinon ça abîme la chaire quand un animal se débat trop. C’est pas gênant de tuer. Même si FOG trouve cela affreux, Olivier lui demande s’il est déjà aller à l’abattoir, si il a déjà entendu le cri de la pauvre carotte quand on l’arrache alors qu’elle est là tranquille en famille. 

L’humour d’Olivier de Kersauson est intact, la répartie est indemne, et il va nous offrir un moment exquis avec FOG quand ce dernier l’interpelle et lui demande 

“Alors les moments forts de l’existence d’Olivier de Kersauson, c’est pour dire le niveau intellectuel, l’amour, la boisson, la pêche à la ligne, et le dernier point, que tu partages avec Jean d’Ormesson, c’est la baignade. C’est tout après, y a rien d’autres. La recherche intellectuelle : non. La nourriture : non”

Le navigateur ne manquera pas de dire à son ami “ah ah, tu te fous de ma gueule. La recherche intellectuelle quand on voit ce que tu as trouvé en cherchant on se dit que c’est pas la peine. Et la baignade c’est un peu comme un vieux légume qui attend le pot-au-feu, c’est un peu comme s’il fait pour la dernière fois une fête de famille.”

Il est précisé que ODK vit en Polynésie, lieu où les requins sont partout. Ceci n’empêche ODK de se baigner nous précisant que oui y a des requins, mais qu’à priori ils ne le trouvent pas appétissant. Peut-être ont-ils peur d’être malades, donc ils ne s’approchent pas. 

Mal à l’aise dans l’exercice de l’interview, Olivier de Kersauson tente de mettre fin à cette rencontre et nous dit très sérieusement : “Je pense pas que j’aurais été heureux en faisant autre chose que ce que j’ai fait, et plus je l’ai fait, et plus j’ai été heureux. Je suis en train d’expliquer à Nice, ville que j’adore, délicieuse et charmante, des choses que je n’ai pas compris moi-même. J’ai fait ce que j’avais envie et puis c’est tout”. 

FOG enchaîne en l’interpellant sur le risque de la navigation, curieux de savoir si son ami a le goût du risque. Sujet qui va permettre à Olivier de rester assis, même si l’on sent qu’il n’est pas à son aise, et n’a qu’une envie : partir.

L’amiral nous dira alors “J’ai toujours pensé que le sport était intéressant que s’il y avait un vrai risque physique. A l’époque de mes débuts y avait un vrai risque. Moins maintenant. Moi quand j’ai commencé il y avait un mort par course, donc ça avait vraiment du sens. J’ai toujours pensé qu’il fallait être pas loin de qui est très dangereux pour plusieurs raisons. Parce que c’est aussi un objet de l’homme d’aller là où c’est dangereux, parce qu’aller là où c’est facile, ça n’a pas grand intérêt.”

FOG demande alors une explication sur une des grandes pensées de Kersauson, que nous pouvons trouver dans ses œuvres complètes publiées par la Pléiade récemment qu’il a préfacé, ce qui lui a permis de toucher beaucoup d’argent (humour),  les navigateurs sont à l’inverse des camemberts, ceux qui ne coulent pas sont les meilleurs, ça veut dire quoi ? 

La goutte d’eau qui fait déborder le vase. Olivier de Kersauson balance “Dans la catégorie du mec adorable qu’on se foute de sa gueule durant 20 minutes c’est moi. Je n’ai jamais dit ça. Tu dis l’avoir vu dans la presse, mais la presse comme tu  y as écrit pendant un demi siècle, tu dois bien savoir que c’est pas vraiment fiable…”

Il se lèvre, prend son paquet de cigarettes, descend quelques marches et s’en va. Rires et étonnements dans la salle…

La suite très vite sur mon blog. Et je peux vous assurer des émotions et des rires, comme seul Olivier de Kersauson en a le secret. Passer d’un sentiment à un autre, d’un récit sérieux à une multitude de bêtises. C’est du grand Kersauson et moi j’adore.