Et n’attendre personne – Eric Genetet – EHO

Eric Genetet Et n'attendre personne.jpg

Eric Genetet n’en est pas à son premier roman, mais son deuxième à en croire la quatrième de couverture. Pour moi, il est une découverte de cette nouvelle année 2013. Comment Eric a-t-il rejoint quelques uns de ses camarades dans ma bibliothèque ? Par Facebook, et principalement grâce à Harold Cobert, auteur que j’affectionne.

En cette fin du mois de Mars, alors que le printemps annoncé officiellement n’est point visible, je reçois, après commande sur internet (Ne me grondez pas, mon libraire préféré de Nice a fermé ses portes, et mon état ne me permet pas de me déplacer), “Et n’attendre personne” un certain samedi matin.

Le livre rejoint ses camarades, au nombre de 14, sur l’étagère “A lire”. Il n’y restera pas longtemps, car je suis de ses personnes qui préfèrent lire un livre dont on parle peu (médiatiquement parlant) que lire un livre qui jouit d’une publicité “juste trop”. 

D’emblée on reconnait la marque de fabrique des Editions Héloïse d’Ormesson, un cachet à part, propre à cette petite maison d’édition qui regorge de talents. La photographie de l’auteur est en adéquation avec celle apparaissant sur Facebook, chouette je n’ai pas à faire à un mec qui trafique son portrait. 

Mes doigts glissent sur les pages pour les tourner vivement, mes yeux sont attirés par tous ces jolis mots si savamment mariés, unis entre eux, et mon coeur bat la chamade au fil des pages. Alberto, Isabella et Manu m’entraînent dans leur vie. 

Alberto est le mari d’Isabella, et le père de Manu. Donc Isabella est la mère de Manu. Jusque là, tout va bien. Sauf que voilà, Alberto et Isabella c’est plus tout à fait ça. Faut dire que ça fait vingt ans qu’ils vivent ensemble, ils ont eu un fils, leur couple est un modèle aux yeux des autres. “Si la vie était un courbe accidentelle, depuis ma rencontre avec Isabella, la mienne s’avérait géométriquement parfaite”.  Mais un jour Manu décide de s’envoler, de quitter le cocon familial et de partir à ….. New York. C’est pas la porte à côté, et puis c’est un choc pour les parents. Surtout pour Alberto. Tandis qu’Isabella prend la nouvelle avec optimisme “Le départ de Manuel me chamboule, mais c’est aussi une libération pour moi. J’ai le sentiment d’avoir accompli ma mission, d’avoir le droit de prendre de vraies vacances, de penser à moi”, Alberto vit cette annonnce comme un séisme intérieur. Le doute, la peur s’installent en lui. Sa femme n’aurait-elle pas un amant ? “Savoir si elle me trompait ne m’intéressait pas. Nous étions heureux depuis si longtemps, et j’étais assez d’accord avec Cyrano de Bergerac qui préférait être cocu que jaloux. Au bout de vingt ans, il est délicat de laisser l’autre embarquer dans une aventure. Le contraire serait de l’imprudence”. 

Alberto tente alors de vivre, de se prouver un je-ne-sais-quoi, et se retrouve alors avec une belle femme, plus jeune que lui, avec qui un jeu de séduction est mis en place de manière inconsciente, mais surtout sans passage à l’acte. Il ne trompe pas Isabella. Avec son pote Benjamin, il décide de faire l’ascension du Mont Blanc sans aucune préparation sportive simplement pour se “prouver que je n’étais pas un encore un vieux con glissant aveuglément sur la piste noire dela deuxième partie de sa vie, ni un vieillard vidé de ses forces”. 

Ce roman c’est donc l’histoire d’un mec quadragénaire qui perd tous ses repères, ceux de père, ceux de mari, ceux d’homme. Il ne sait plus au fond. Au fil des pages, on partage avec lui ses joies, ses peines, ses colères, ses décisions, ses incertitudes, son quotidien. Tout cela balayé par une simple annonce du fils. Le fils qui part. On découvre alors la relation d’Alberto avec son propre père, peut-être fera-t-il le même chemin que lui, peut-être pas. Cela je vous laisse le découvrir, car il faut lire ce doux roman court mais oh combien grinçant de vérité, alerte, vif et brut. 

A la lecture de la prose d’Eric Genetet, j’ai été happé par Alberto. Je comprenais cet homme, ses choix, ses angoisses, ses décisions, pas toujours faciles. Alberto est attachant, on a parfois l’envie de le secouer un peu plus, de lui dire “Stop”, et en refermant le livre on est heureux pour lui, pour son fils Manuel et pour Isabella. 

Je vous connseille donc vivement d’acquérir ce livre, car au-delà de la trame narrative, l’auteur maîtrise l’art de raconter, de partager. 

Une très belle découverte en ce mois de Mars. 

2 Comments