… du festival Crossover 2019 by Rosalie – Part I

Crossover = Quelle(s) aventure(s) !!! Quelles soirées !!! Quelle(s) expérience(s) !!! Que de joie, de rencontres, de découvertes, et surtout un gros coup de coeur, de love.

Tout a commencé vendredi soir, avec deux heures de retard sur l’ouverture des portes, mais qu’importe. Certes l’attente fut longue, mais voilà, ils existent des aléas, des contre-temps dans tout festival, alors ne râlons pas. Accréditation en poche, me voilà dans les jardins Albert 1er. J’ai failli mourir par une foule surexcitée qui n’a de cesse de courir dans tous les sens, mais connaissant quelque peu le site, je réussis à éviter les troupeaux de fans hystériques dont la moyenne d’âge ne doit pas excéder les 20 piges.

Première soirée donc en ce vendredi soir. Au programme, du beau monde. Mais avant tout, j’erre tranquillement sur le site, regarde et analyse la structure de ce festival qui me change. La restauration est sur le parvis du TDV, et franchement les gars c’est pas top… Je me retrouve à faire le line up pour manger un je ne sais quoi, patiente presque une heure pour m’entendre dire qu’il n’y a plus de quoi me restaurer.. Me voici donc à faire le line up auprès d’un autre foodtruck.. Avouez quand même que 4 stands pour restaurer 9 000 personnes, c’est un peu faible non ? Par contre, niveau boissons, on en trouve partout. A croire que le public attendu bois plus que ce qu’il mange… Bref, c’est mon petit coup de g……

Ceci étant, les concerts m’envoient mille et une paillettes dans les yeux, dans le coeur, dans mon corps et pourtant Miss Paillettes ne m’a pas accompagnée pour cette soirée. Premier coup de coeur pour Les Gavas de la Ville, qui malheureusement vont jouer face à un public faible (la faute à l’ouverture des portes tardive).. Mais ce groupe, où l’on retrouve Medhi, gagne à être connu. Vraiment. Kitchies réduira sa prestation malheureusement. Je les aime bien ces petits (oui, ils ne sont pas petits, mais moi je les connais depuis leur début, alors hein…)

Après ces deux groupes, ma vie sera purement folle. Me déhancher sur Columbine, me surprendre à connaître les paroles de leurs chansons, m’éclater comme une ado, et boire de l’eau car il fait trop chaud. Ce groupe vous envoie de l’énergie, un truc de fou. La scène Masséna s’étoffe de plus en plus…

Petite pause au TDV pour découvrir Pépite, boire une verre de rosé (on ne se refait pas), discuter avec l’équipe de B te parle, taper la bise à quelques personnes, et puis se poser dans les jardins, car je n’en peux plus de fatigue, je ne sais pourquoi. Mais cela va être de courte durée, me voilà de nouveau sur le parvis Masséna pour écouter Therapie Taxi… Certes j’aime leur flow, leur présence scénique, mais comment des gamines de 14 ans peuvent connaître les paroles par coeur… Mystère, mais l’essentiel est là : les gens font la fête, sont heureux et le public est de plus en plus dense.

La soirée se terminera avec 47 TER et le très attendu Nekfeu. Une ambiance de folie, du déhanchement, des sauts, des hurlements d’hystérie mais pas que… Du monde, un public très respectueux, des artistes complètement fous, mais que c’est bon.

Une ombre au tableau cependant pour cette première soirée : la sono sur Masséna n’est pas au top, et il est difficile de comprendre les paroles de Nekfeu. Dommage, vraiment.

Mais remercions les Pandas qui ont réussi leur pari de ce nouveau format pour leur festival. Et puis, un grand big up à eux pour les stands de prévention : alcool, drogue, conduite à risque, sexualité…

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *