Disneyland – Flammarion

disneyland,guillaume robert,barbara israel,thomas lélu,pierre stasse

 

Neuf auteurs au pays de Mickey, et pas les moindres :

 – Ariel Kenig dont j’ai apprécié son “New Wave”,

Barbara Israël  , ma number one (on le sait),

David Abiker , découvert ici,

Nicolas Bedos dont j’apprécie ses qualités de chroniqueur, son sens de l’analyse,

Nicolas Rey et son léger passage à vide, 

Pierre Stasse découvert cette année avec Hôtel Argentina (d’ailleurs il serait bien que je fasse une note sur ce roman)

Simonetta Greggio en cours de lecture avec l’Odeur du figuier,

Tania de Montaigne, pas encore lue mais “programmée”, 

Thomas Lélu artiste pluriel

Tous sont réunis pour un exercice d’écriture pas simple, sur une thématique imposée “Disneyland”, autour d’un éditeur que j’affectionne : G. Tous les éléments sont donc réunis pour que je lise ce livre qui attend sagement dans ma bibliothèque depuis quelques longs mois. Je suis dans une période où il me faut lire des textes courts, pas prise de tête, et que je peux laisser l’espace d’une nuit, sans pour autant relire les dix dernières pages de la veille pour savoir où j’en suis. Ce recueil tombe donc à merveille.

Je m’éfforce de lire dans l’ordre de la comptine numérique soit page 1, 2, 3…Cependant, nous pourrions très bien le lire selon notre affection pour tel ou tel auteur. Aucun lien entre les nouvelles. Si un, elles sont toutes différentes et le fruit de neuf auteurs “nouvelle génération”.

Ariel Kenig se livre à un exercice d’écriture pas évident : l’auteur a recoupé des temoignages extraits de sites, blogs et forums consacrés à Disneyland Paris (dixit l’éditeur en fin de nouvelle), et nous en livre une nouvelle fort agréable qui nous décrit les méandres du RER parisien. 

Barbara Israël nous dévoile une vérité longtemps cachée : Mickey est un assassin. Basile le détective et Ratatouille ne la contrediront pas.

David Abiker est incroyable d’imagination. Prochaine visite à Disneyland, je me dois de trouver le “Daddy Fantasy Tour”, et espère que le “Mummy Fantasy Tour” a été inauguré.

Nicolas Bedos, fou d’amour, fougueux comme je l’aime

Nicolas Rey et Small World, une nouvelle touchante, un père et un fils. Court, succint mais pertinent et beau.

Simonetta Greggio : les années 60, le monde cinématographique, Fellini et Polanski, Disneyland… 

Tania de Montaigne : Caroline P. et son mariage, Caroline P. et sa demoiselle d’honneur.

Pierre Stasse et sa plume que j’aime tant. Un père, riche homme d’affaires, et son fils = Nous sommes des hommes

Thomas Lélu, le farfelu, l’artiste complet nous dresse un abcdaire fort sympathique de Disneyland.

Bref, un moment de détente, de découvertes. Il est agréable de constater qu’autour d’une thématique commune les auteurs peuvent “produire” des récits courts, concis et si différents. 

Un pur moment de détente. Merci G., merci aux auteurs.