Deuxième jour du NJF, côté presse, pour de belles annonces

En ce deuxième soir du NJF 2015, je vous ouvre les portes de l’espace Presse et vous conte ce qui se trame autour des trois grâces, mais pas que !

L’espace Presse est pensé autour de cette superbe fontaine  “Les trois grâces”. Pour y accéder, il vous faut inévitablement avoir la lettre F sur votre pass du NJF. Un vigile veille avec sourire et sympathie à cela, vérifiant donc votre badge à chaque passage. 

IMG_2372.JPGUn buffet est mis à disposition où il fait bon de boire quelques verres d’eau avec cette chaleur. En fin de soirée, avouons qu’un petit verre de rosé ne se refuse pas. Les macarons sont aussi de la partie, tout comme les verrines et quelques mini-sandwich. 

Quelques tables et chaises de bar permettent de se poser un peu et de discuter avec les uns et les autres. Le vent se fait sentir aussi, et cela n’est pas désagréable, bien au contraire, on apprécie. 

 

 

Les employés de la mairie mettent tout en oeuvre pour que l’on s’y sente comme au bureau. Merci à eux. Sur place dès cinq heures et demi, ils veillent à que tout soit prêt pour l’arrivée, principalement des journalistes, photographes : vérifier qu’il ne manque rien, que toutes les informations de la soirée soient affichées. Bref, une multitude d’attentions fort appréciables. 

FullSizeRender (1).jpg

 Cet espace est décoré avec de larges photographies des artistes attendus pour ces six jours de festivités musicales. Une mini exposition de très beaux portraits.  

Mais c’est aussi le lieu de quelques interviews, tel Jamie Cullum qui nous a accordé une chouette conversation le premier soir. 

 

Mais pourquoi vous causer de cet espace ce soir ?

Tout simplement parce que Monsieur Estrosi est attendu pour remettre le Trophée Ferret Jazz à Jamie Cullum, mais pas que, puisque André Manoukian est lui aussi attendu. Tout cela est prévu pour 20 heures 10. L’effervescence est présente à l’espace, les minutes passent, il est plus de 20 heures 10. Que se passe-t-il ? Nous ne le saurons pas officiellement, mais peu importe. 

Avec quelques longues minutes de retard, la remise du Trophée est annoncée et a lieu à l’espace VIP : prendre son carnet, son stylo, son téléphone pour quelques photos si autorisation, et courir donc à l’espace VIP situé juste derrière l’espace Presse. Enfin m’y voilà !!!

Après quelques remerciements de Monsieur Christian Estrosi à Ludovic Arnault (conseiller communication et événementiel), à Frederica Randrianome Karsenty (Directrice du Nice Jazz Festival), à Monique Cabour (Directrice des relations publiques) et Gilbert Zappia (l’homme au chapeau, mais surtout Responsable des opérations et de la technique sur le site) et à l’ensemble de ses employés municipaux (200) et les bénévoles qui se mobilisent pour la réussite du festival. 

Monsieur le Maire ne manque pas de remercier Jamie Cullum pour son amitié, son implication et son “rôle” d’ambassadeur  de notre si belle ville qu’est Nice en acceptant de participer au tournage du clip officiel du Nice Jazz Festival. 

L’heure est venue de remettre le Trophée Ferret Jazz, spécialement créé et réalisé par la Maison Ferret qui souligne son intérêt pour le Jazz, et de remercier de nouveau Jamie Cullum de transmettre au monde que le jazz est une musique universelle, qui par ailleurs à fait vibrer mardi soir près de 8 000 spectateurs. 

L’artiste est ému, heureux et toujours aussi décontracté. Un artiste comme on aimerait qu’ils soient tous. 

Le discours de notre maire n’est pas terminé, il nous annonce un nouveau festival qu’est le Nice Music Live by Nice Jazz Festival, en coproduction avec Adam Concert, qui aura lieu les 15, 17 et 18 Juillet ici même. David Guetta est attendu, tout comme Selah Sue et Lindsey Stirling. Un nouveau festival que je partagerais peut-être avec vous, à suivre. Mais dans cette attente, on ne peut que saluer l’engagement de Monsieur Estrosi pour la culture dans notre ville qu’est Nice. 

Tout cela n’est que bonne nouvelle, mais pourquoi André Manoukian est-il présent ? Nous nous posons la question entre journalistes, et la réponse ne tarde pas. 

IMG_2371.JPGSi tous deux sont là ce soir, c’est pour nous annoncer la création d’un nouveau festival dans l’arrière-pays : le Cosmo Jazz

Le Cosmo Jazz a été créé par André Manoukian en 2010 à Chamonix. Le concept est quelque peu étonnant : partager des concerts en attitude avec des contemplateurs de tous horizons. 

Créer un Cosmo Jazz dans notre belle région c’est permettre à tous de profiter du grand air et de la nature dans notre cadre exceptionnel, faut bien l’avouer. C’est aussi relever un sacré défi, c’est fédérer des gens de tout horizon.

Quelle belle initiative !

 

De ce deuxième soir, je retiens principalement ses bonnes nouvelles qui vont faire de Nice un lieu culturel incontournable.