Des livres sous le sapin : suite et fin, ou presque

Quelques jours de retard dans ma chronique “des livres sous le sapin” dûs à une fin d’année un peu mouvementée.

Mais me voici de retour pour vous soumettre quelques idées cadeaux pour le 25 décembre, à glisser sous le sapin, car n’oublions pas que le livre est le cadeau idéal pour tous, et permet un accès à la culture, au rêve, au repos, au dépaysement, à l’échange. Bref, on lit, on fait son choix et surtout on n’hésite pas à faire des cadeaux, vous savez ces mots d’amour matérialisés (merci M.)

 

muze hiver.jpgMuze : la nouvelle revue culturelle au féminin

On n’hésite pas une seconde. On se connecte sur le site, on prend un abonnement, même plusieurs, pour maman, pour l’amie qui aime la culture et s’ouvre à toutes les formes d’art, pour son épouse, pour sa soeur. Un magazine élégant, agréable de par son papier, sa présentation et ses articles. 

L’avantage de Muze, c’est que l’on voyage tout en étant sur sa terrasse, ou sous sa couette (selon notre lieu de résidence) c’est que l’on apprend, on se questionne, on découvre, on s’informe…

Le prix est très raisonnable, le magazine est luxueux : papier doux, plumes alertes et fines, plumes intelligentes, plumes réflexives, photographies de très haute qualité..Bref, un incontournable.

De plus, pour avoir tenté l’expérience, les gens aiment bien, apprécient beaucoup un abonnement. C’est un cadeau qui dure toute l’année et qui permet au bénéficiaire de se rappeler toute au long de l’année que vous existez et qu’il compte pour vous. 

C’est par ici pour les abonnements (49 euros pour l’année)

 http://www.ser-sa.com/boutique/Muze/_RE_ABONNEZ-VOUS_OFFREZUNABONNEMENT/26


Nos vies rêvées – Barbara Israël – Flammarion 

NOS VIES REVEES.jpgLe dernier roman de Barbara, paru en janvier 2010. On y retrouve trois personnages, des références culturelles et musicales propres à l’auteure. 

Une plume plus fine, un roman plus structuré, plus recherché…Moins léger que les deux précédents. Les personnages ne sont plus des adolescents, ils disent adieu à la jeunesse et se lancent dans la vie, la vraie. Betty nous entraîne dans sa vie parisienne, dans son magasin de chaussures, dans ses rêves de jeunesse qu’elle ne veut pas trahir. 

Barbara nous livre ici une belle histoire d’amour avec en sourdine ce refus de se trahir soi-même. 31 chapitres nommés par des titres littéraires qui ont marqué l’auteure. 

“Ca a fait mal, de l’acide sur les plaies à vif de la désillusion. Parce que  nous, …, on voulait tout, on voulait que ça continue si c’était bien et que ça change si c’était foireux. On ne pouvait imaginer que les choses iraient mal, de plus en plus mal. Et puis on s’est habitué, peu à peu, on s’habitue à tout, à l’odeur de la merde, au froid, à la tiédeur, aux trahisons, à nos bassesses, …, mais on continue tout de même à se raconter des histoires enrobées de douceur,… , on devient des ombres, les ombres de ce qu’on aurait pu être. Il parait que c’est la vie”. 


D’autres prendront nos places – Pierre Noirclerc – Flammarion

dautres.jpgAcheté à sa sortie, je l’ai de nouveau commandé pour les fêtes de fin d’année afin de l’offir à mon fils de dix neuf ans, et à son meilleur ami, car ce livre parle très bien de la génération Y, et il aura plus d’impact que tous mes discours de mère proche de la quarantaine qui ne comprend rien à la nouvelle génération, comme aiment à le dire mes chers enfants. 

Sinon, que vous dire d’autre ? Pierre est un écrivain très prometteur qui décrit très bien les espoirs, les désillusions, les galères de la génération Y.

Un livre à offrir sans modération. 

http://aposterioriapriori.hautetfort.com/archive/2011/11/14/d-autres-prendront-nos-places-pierre-noirclerc-flammarion.html



La distribution des lumières – Stéphanie Hochet – Flammarion

DISTRIBUTION DES LUMIERES.jpgRoman de 2010, lu voici sept jours, adoré dès les premières pages. Stéphanie Hochet manie la plume, maîtrise la plume, joue avec les mots, les lettres. Une plume cinglante, juste, franche. Des mots beaux, doux, recherchés. 

Trois voix pour ce roman qui ne peut laisser indifférent, une seule plume, un seul auteur : Stéphanie Hochet. 

Un homme quitte l’Italie, son pays, sa femme et part s’installer en France. Il y rencontre Anna, enseignante. Tous deux tombent amoureux. Ils sont observés par Aurèle. Trois personnages non dépourvus d’intelligence. Le lecteur est envoûté. 

Une découverte littéraire pour moi, en ce mois de décembre. Je vous recommande ce livre pour vous, ou pour toute personne qui ne connaîtrait pas Stéphanie Hochet, il faut palier ce manque, absolument. 



Pour les passionnés d’art contemporain, de l’art moderne : deux livres indispensables 

l'art contemporain.jpgL’aventure de l’art contemporain de 1945 à nos jours – Lionel Richard – Edition du chêne

L’auteur respecte un déroulement chronologique ce qui facilite l’accès et les recherches. Les courants, mouvements y sont très bien expliqués mais surtout ils sont replacés dans un contexte social qui explique par là les expérimentations des artistes. 

On y retrouve des artistes célèbres, d’autres moins, mais surtout on comprend mieux l’art contemporain qui nous entoure et on y donne sens. 

Un livre magnifique, très bien illustré et qui nous permet de mieux comprendre ce qui a animé les artistes ces cinquante dernières années : leur vision du monde, de la société.

 

 

Le dictionnaire de l’art moderne et contemporain – Gerard Durozoi – Hazan Edition

dictionnaire de l'art moderne.gifL’art n’est pas qu’américain ou européen. Dans ce dictionnaire de l’art, on découvre l’art des cinq continents. Mais surtout, cet ouvrage permet au lecteur de découvrir l’art soit par les continents, soit par les mouvements, soit par les tendances, soit par les techniques…

Bref, un voyage initiatique dans l’univers de l’art.

Le plus de cet ouvrage : la photographie, les nouveaux supports artistiques. Un ouvrage qui permet de satisfaire l’intelligence du regard, et qui étanche la soif du savoir.

Un dictionnaire qui a toute sa place dans la bibliothèque, que l’on peut offrir à un passioné d’art, mais aussi à l’étudiant en arts, à l’enseignante, au futur professeur des écoles… De quoi satisfaire.

Le prix est un peu élevé