… de l’été qui pointe son nez

Voilà l’été, voilà l’été, j’aperçois le soleil, comme le chantent si bien les Negresses Vertes depuis 1988. L’été, cette saison que j’affectionne particulièrement et ce malgré les désagréments de la chaleur, des vêtements qui collent, des courants d’air qui ne sont pas, du manque d’air, etc… L’été c’est un nouveau cycle de vie, un temps de préparation à l’automne aussi, des journées plus longues, le soleil, la lumière, une période faste, une période qui s’annonce riche en festivals, en rencontres, en découvertes, en lectures aussi.

L’été 2020 fut l’été de l’ultime hospitalisation : trop de trop, trop de rien, trop de plus d’envie, trop de combats. Besoin de repos, besoin d’un cadre neutre qu’il a dit le psy. Résultat, vacances en psy sans piscine, sans liberté, mais une nécessité face aux événements qui avaient décidé de s’accumuler chaque mois depuis le début de l’année. Genre la pile de linge que l’on accumule. Mon linge était rangé pour ma part, mais les nouvelles étaient plutôt du linge froissé. Donc été 2020 entre quatre murs, dans un jardin avec la promesse personnelle de repartir de là bien comme il faut, car il le faut hein. Ah ben dis donc, j’ai été gâtée mine de rien dans ce décor de psy. Bref, il y a eu les rencontres, la rencontre, et un tournant à 360 degrés pris sans difficulté. Se libérer enfin ! Putain de chaines enfin cassées. Définitivement.

L’été 2021, qui débute le 21 juin, je sais, je l’aborde avec sérénité, distanciation (oui je ne suis pas originale sur ce coup-là), et surtout avec quiétude tout en étant réaliste sur le sens même de la vie. La vie qui peut s’en aller comme ça, sans prévenir. Une fois que le fait est acquis, le regard est autre, la jouissance de chaque journée est puissante, et les remerciements fusent. Si, si je vous assure. Sortir des conflits et remercier la vie permet d’être plus détendu(e). Alors ça demande quelques efforts, mais ça en vaut le coup. La rancœur desserre notre bien-être, la colère nous brûle de l’intérieur, les regrets ne changeront pas l’avenir. Alors, profitons de l’instant présent, du ici et maintenant (merci Céline), méditons en pleine conscience, ouvrons nos esprits, et faisons que l’avenir ne soit que notre objectif. Ressasser ne sert à rien, tenter de comprendre les actes d’avant ne permet pas de cheminer, d’aller de l’avant. A force de tourner la tête en arrière, on se prend des murs, des poteaux. Poser son regard sur demain, sur l’instant d’après. (Virginie si tu me lis, hein).

L’été 2021 sera autre. Il est le temps d’un bilan de compétences, le temps de fermer à double tours quelques portes du passé, d’en ouvrir d’autres sur un avenir indéfini mais dont j’ai les clés. Faut simplement que je trouve les bonnes serrures. Le temps de se préparer à la rentrée de septembre, à assimiler que l’ado intègre le lycée, à poursuivre les efforts, à prendre soin de soi aussi. Prendre soin de soi c’est prendre soin de l’autre, des autres. Un temps aussi pour fermer quelques livres d’amour, d’amitié sans chercher à comprendre le pourquoi du comment, le pourquoi de telle réaction, sans analyser le passé. Que les gens pensent ce qu’ils veulent de vous, qu’ils écoutent les versions des uns et pas des autres, ça leur appartient. Ne cherchez pas à comprendre. La vie est courte, la vie c’est une multitude de chemins qui se croisent et se décroisent. La vie est belle, il faut y poser un doux regard, mais pour cela il est nécessaire d’être honnête avec soi. S’avouer sa part d’ombre, composer avec et surtout prendre conscience de son côté lumière.

Cet été 2021 la vie reprend aussi. Les festivals reprennent de plus belle, au point que vous allez être obligés de prendre un agenda et faire des choix. Jazz à Juans, Nice Jazz Festival, Les Nuits Guitare à Beaulieu, Festival de Cannes, Jazz à Cagnes sur Mer le vendredi soir, Festival à Breil sur Roya pour aider le village, Festival Nuits du Sud à Vence, Festival Nuits Carrées à Antibes, Les Plages Electroniques à Cannes, et j’en oublie, mais je vous rédige un petit billet très vite sur toutes ses festivités qui nous (me) redonnent le sourire, et comme un sentiment de liberté et d’une vie qui reprend, enfin. Toutes ces festivités me font chaud au cœur par leur dynamisme et avant tout parce que les intermittents du spectacle vont enfin reprendre un semblant de vie. Les intermittents que l’on a eu tendance à oublier, des personnes en souffrance depuis plus d’un an (Marco, la vie reprend !).

Je vous souhaite un bel été 2021 à vous tous, vous remercie de vos lectures de mes petits billets, et je vous dis à demain. Et oui, je reviens dès demain avec quelques surprises.

Parce que Bteparle change de format à l’approche de l’été

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *