… de Corneille by Rosalie

Depuis début septembre, Rosalie et Miss Paillettes n’étaient plus dans les coulisses des concerts niçois, et ce par manque de temps, de voyages, de petits soucis de santé, mais voilà, en cette fin novembre, Rosalie a repris son carnet, son crayon, et s’en est allée hier soir (jeudi) au Théâtre Lino Ventura pour écouter Corneille, cet artiste qu’elle kiffe. Et oui ! Rosalie aime Corneille.

Alors, avant toute chose, sachez Mesdames et Messieurs que vous n’avez plus aucun prétexte pour ne pas vous rendre au Théâtre Lino Ventura. C’est trop loin, ça craint, les transports en commun y en a pas à la fin du concert, c’est galère. Que nenni ! Pas de fausse excuse, hein. Rosalie et son assistante, se sont rendues (et ce fut, avouons-le assez comique) au TLV par le bus. Oui, oui. Ligne 7. Arrêt Lino Ventura. 1.50 euros (moins avec la carte de bus). Et idem pour le retour. Voilà, ça c’est dit. Donc plus de mauvaise foi.

Bref, 19 heures 15 nos deux envoyées spéciales sont en lieu et place. Certes, il fait frais. En même temps, prévoir un pull fut une option omise. Un peu de monde, pas grande foule, mais il est tôt et le public niçois est assez connu pour arriver au dernier moment. Bref, après quelques péripéties avec les scanettes à billets, Rosalie et son assistante peuvent se réchauffer à l’intérieur du théâtre, recharger le téléphone qui affiche une batterie très faible, prendre un verre, chacune hein, et observer aux fins utiles du présent article.

Miss Rosalie et son assistante

Le théâtre se remplit doucement mais sûrement. Le public va de 7 à 77 ans et cette hétérogénéité est fascinante. Comme quoi la musique unit, réunit. Les visages sont détendus, les gens sont heureux d’être là ce soir. Certains découvrent le théâtre, d’autres sont de passage dans la région et profite de cette soirée pour se détendre, d’autres sont venus en famille pour danser, chanter, kiffer la vie. L’ambiance est chaleureuse, les soucis s’envolent de toutes les têtes, place au plaisir, à la détente. Au détour d’une pause cigarette, Rosalie retrouve Frederica. Toutes deux papotent et mettent en place leur planning sport pour les semaines à venir. Puis, lui est là. Lui, c’est Philippe, chanteur du groupe Schultz. Comme il est bon de retrouver cette famille, vraiment. Une parenthèse enchantée (formulation piquée à Miss Paillettes, j’avoue). Aux buvettes, on peut grignoter tant sucré que salé, boire une bière, un verre de rosé mais aussi des softs hein !

20h30 : Corneille entre en scène avec ses musiciens, et ses choristes. Pantalon noir, veste rouge (que je lui piquerai bien par ailleurs), et baskets blanches. Simple mais efficace. Cet homme est svelte, a le flow qui coule dans ses veines. Sa prestance sur scène est indéfinissable, et puis ce sourire, cette voix, cette démarche sensuelle (oui, oui disons les choses telles qu’elles sont). Les premières notes s’envolent, la voix de Corneille se fait entendre et le public applaudit chaleureusement. Quelques retardataires se feront remarquer gentiment et seront donc nommés pour une chanson à venir, chef d’orchestre….

Corneille enchaîne les titres de son dernier album “Parce qu’on aime” (Février 2019 – Wagram Music), et les paroles me transportent, me font me déhancher, me font couler quelques larmes (oui, ben tout le monde gère son émotivité comme il peut, et non ce n’est pas le rosé). Corneille est un de ses rares artistes qui chante en articulant ce qui permet au public de comprendre les paroles. Pour moi c’est important de comprendre. Alors certes entre deux titres de son dernier album, nous avons droit à des tubes plus vieux. Déjà 17 ans que cet artiste foule la scène française. Je découvre aussi ses talents de paroliers. Il nous offre quelques extraits de chansons écrites pour quelques grands artistes : Soprano, Youssoupha pour ne citer qu’eux.

90 minutes de concert dans une ambiance très intimiste, et c’est ce que j’aime au Théâtre Lino Ventura. Comme une impression d’être dans son salon avec l’artiste. Certes, mon salon ne peut recevoir 800 personnes mais bon, vous voyez ce que je veux dire. Une soirée très tendre, affectueuse, aimante (en même temps avec le titre de l’album), dansante, familiale. Le public commence à se lever, à danser, à lâcher les smartphones, à vivre. La dernière demi-heure sera danse au pied de la scène, un lâcher prise total. Un hymne à la vie, à l’amour dans toutes ses définitions possibles. Le son est excellent, les musiciens sont géniaux, et Corneille au-delà de son talent de compositeur, interprète, etc… est un homme qui sait ambiancer, partager avec son public. Nos retardataires seront les chefs d’orchestre d’une chanson dédiées aux femmes. Merci Corneille en cette période où le combat pour le respect des femmes est d’actualité.

Une soirée dont les synonymes sont amour, affection, joie, famille, partage. Un concert réussi, au-delà de mes attentes j’avoue aussi, et puis un moment magique passé avec mon assistante.

Il est temps de partir. Des notes de musique plein la tête. Télécharger légalement l’album de Corneille. Ecouter encore et encore. Et puis se dire à jeudi prochain pour Sinsemillia. Même heure. Même endroit. Je compte sur vous.

Un grand merci à Nice Music Live Officiel.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *