Corpus Christine – Max Monnehay – Le livre de poche

corpus-christine-206684-250-400.jpg

Découverte de ce livre par l’intérmédiaire de Kévin (et oui, encore lui), et par la lecture, fort agréable, des statuts facebookiens de l’auteure. Un sens de l’humour fort appréciable. 

Corpus Christine se retrouve donc, en format poche, dans mon sac, et m’accompagne pour ce début de semaine dernière, qui s’avère être ma dernière semaine de travail puisque les vacances de la Toussaint approchent. 

Les premières pages se dégustent de part la vivacité de la plume de Max, et de part l’intrigue qui va me mener, moi lectrice, je ne sais où. Dans mon petit cerveau, bien fatigué après ses quelques huit semaines passées avec mes chers élèves, je me dis “Max tenterait elle de nous faire un remake de Misery?”, film qui par ailleurs m’a beaucoup marquée, l’ayant vu en VO voici quelques dizaines d’années, à Paris, un soir à 22 heures près de Beaubourg (Merci mon cousin pour ce moment d’horreur). 

Alors même si des similitudes peuvent être faites dans l’esprit du lecteur, il n’en est rien, même si le narrateur nous (lecteurs) interpelle, page 66, en nous demandant comment il s’en est sorti le type de Misery ?

Max Monnehay, au fil des cent cinquante quatre pages, nous décrit l’intérieur psychologique et psychique d’un homme qui, par amour, va se laisser mourir, va se retrouver à l’état d’animal, sans pour autant adhérer à ce qui lui arrive, bien entendu. Elle nous décrit alors les sentiments qui traversent cet homme-animal, sa perte de repères spatio temporels, ses questionnements, ses doutes et ses certitudes. Car oui, certitudes cet homme en a, et plus d’une ! Au cas où le lecteur ne se sentirait point concerné par les méandres de notre personnage, et ben il est rappelé à l’ordre. Oui, notre homme nous interpelle, nous rappelle que nous sommes bien calés dans notre fauteuil à lire son histoire alors que lui vit un enfer. Il est reclus dans sa chambre, est nourri par sa femme quand bon lui chante, vit moins bien qu’un sdf, ne peut se lever, se laver, se mouvoir (sauf en rampant). C’est un homme déchu, dont personne ne se souciera de son absence de la société : ni son collègue de travail, ni ses parents, ni les voisins..Personne. 

Sa femme, Christine, va lui infliger les pires atrocités qui puissent exister en ce bas-monde. Malgré tout, jusqu’au bout il aimera cette femme qui avait un beau petit cul. 

Ce premier roman de Max décrit le monde cruel et égoîste dans lequel nous vivons. Mais il témoigne aussi du sentiment amoureux qui peut rendre fou, qui peut nous faire perdre la raison. Malgré l’horreur du récit, on y trouvera de très belles métaphores, de très belles preuves d’amour, de très justes remarques sur la vie. 

Comment peut-on aimer Max Monnehay ? Comment peut-on la détester ?

On peut aimer Max car elle est talentueuse, car elle a le pouvoir des mots et des métaphores, car elle est belle, même trop belle, car se plonger dans ses yeux c’est à mon avis prendre le risque de ne jamais les oublier, car elle joue avec les mots, car elle manie la langue française avec un don extraordinaire, car elle est pleine de vie, car elle est vive, car elle est intelligente, car elle dit haut et fort ce que l’on pense parfois très bas, car elle est d’une simplicité exemplaire, car elle est douce, car elle est cruelle, car elle est une auteure qui n’a peur de rien.

On peut la détester car elle a trop de talent, car elle maîtrise la métaphore et la syntaxe, car elle est plus belle que la majorité des trentenaires, car elle a ce regard qui comprend tout, car elle savoure les mots, car elle maîtrise que trop bien les finesses de la langue française, car elle est trop souriante, car elle a un QI supérieur à la normale, car elle n’a pas froid aux yeux, car elle est trop simple, car elle est insensible sous sa plume.

Pour ma part, il en est fait et acquis, j’aime Max et j’ai hâte de lire son prochain roman annoncé pour Septembre 2012.