Comédie Romantique d’André Bessy – Flammarion

André Bessy, Flammarion, Comédie Romantique, livre français, rentrée littéraire 2014, amour, vacances, été, lireSon nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant j’ai déjà parlé de ce jeune auteur, au physique de mannequin et à la plume déliée, précise, apprivoisée et fine. Sous André Bessy, se cache un certain André Boris, auteur de trois opus astrologiques dont je vous ai vanté tous les mérites les années précédentes. 

André reprend pour ce nouveau roman quelques personnages de ces opus précédents. Nous retrouvons avec joie Guillaume Béranger et sa femme Julie (Attention au scorpion – septembre 2011 – Flammarion). Ajoutons à ce jeune écrivain et son épouse, Victoire l’éditrice, Stéphane l’ancien champion de foot, Louis le jeune mannequin et quelques autres personnages hauts en couleur, Carole et Ludivine par exemple,  et nous avons là l’ensemble des personnages qui vont nous faire partager leurs déboires, leurs amours, leurs tracas, leurs visions de la vie, de l’amour tout au long de quelques trois cent cinquante pages. 

Livre en main, je m’extasie devant cette belle couverture haute en couleur : un cœur formé par quelques dizaines de crayons de couleur bien taillés. Une typographie très agréable pour nous informer du titre, de l’auteur, de l’éditeur. Chouette couverture, vraiment ! 

Premières pages dédiés à Barbara et Etienne Daho, je ne suis pas surprise et je trouve cela beau. Très beau même. “Il fut long le chemin Et les mirages nombreux Avant quel’on se trouve”, tellement vrai pour moi… Merci Etienne Daho et André. Mais je m’égare, revenons à ce roman dévoré en quelques heures. 

Départ pour Nice, salon du livre oblige, pour notre cher écrivain, son éditrice et quelques inconnus jusqu’alors. L’occasion pour Victoire et Guillaume de passer un peu de temps ensemble, résister ou pas à la tentation d’un corps à corps. Mais rien ne se passe comme prévu. Cet inconnu assis à côté de Victoire va venir semer le trouble. 

Retour sur Paris, rencontre avec Stéphane, l’athlète, dans une boîte de nuit pour notre attendrissante éditrice. Elle ne sait pas qu’elle sera en charge de son livre à venir, elle ignore même qui il est. 

Voici en quelques mots la situation initiale de ce récit. Puis sous la plume d’André nous allons partager le quotidien de Victoire. Cette femme célibataire, qui sous ses airs, ne rêve que de l’amour avec un grand A, d’être une femme, une épouse, une mère. Mais elle est aussi une réincarnation de la mante religieuse. Entre ces deux aspects de sa personnalité comment se construire une vie de femme “rangée” ?

D’aventures en aventures, de non dits en quiproquos, de doutes en certitudes, Victoire nous embarque dans son quotidien avec les hommes, avec ses amies. Elle nous confie ses doutes, ses certitudes, ne se dévoile pas entièrement non plus. Elle se doit de garder une part d’ombre, de mystère. 

Qui choisir entre Guillaume, son écrivain-poulain, Stéphane l’athlète au passé un peu sombre et Louis déconcertant et ambigu. Telle est la question que se pose Victoire. Mais elle ne sait pas vraiment, trouvant en chacun d’eux une bonne raison de céder aux plaisirs de la chair. Ceci étant, elle finit par décider de “se ranger”. Elle se persuade qu’il est le bon, qu’il sera un père parfait, qu’il sera un mari extraordinaire. Elle s’en convainc, elle se donne à lui, mais est-ce le bon choix ? Elle ne se pose plus la question, par crainte de passer à côté de son rêve d’enfant, et décide donc de se marier, de se donner à lui. Mais, sous la plume d’André, tout peut arriver, et Victoire découvrira alors qu’elle n’a pas fait le bon choix. Ne comptez pas sur moi pour vous annoncer qui est cet homme, à vous de lire ce roman qui mérite vraiment lecture et partage. 

Au-delà de la trame de ce récit qui fait de vous lecteur un vrai créateur, quelques passages m’ont interpellée. J’ai aussi vécu la douleur de Stéphane (je ne connais que trop la douleur d’un genou “abîmé”, le(s) doute(s) de Victoire, l’indécision…. 

André Bessy est journaliste de formation. Il maîtrise les mots, les formules, les formulations. Mais au-delà de cette plume incisive, précise, fine et limpide, André a le sens du détail. Tout est décrit avec précision, on sent le travail “journalistique” d’informations, de recherche de détails. Rien n’échappe à la plume d’André. Des coulisses d’un défilé de mode, à la tenue vestimentaire de Victoire, des sommets montagneux aux rues de Paris. Les mots sont recherchés, dans le registre d’un français soutenu. Cet écriture est parfois en décalage avec la légèreté des propos, mais c’est là où André est un écrivain hors pair. Ecrire une comédie romantique avec un lexique si riche n’est pas donné à tous, mais surtout propose une cassure avec ce genre que l’on a parfois tendance à catégoriser. 

Ici il s’agit d’une fiction de genre sentimental qui met en scène une jeune femme d’aujourd’hui, active, urbaine. En théorie, la fiction de genre privilégie l’action sur le style, mais seulement en théorie. En effet, André réussi ici à privilégier les deux : action et style. Un style d’écriture qui ne peut laisser insensible. Les mots sont précis, recherchés, justes. Les phrases sont grammaticalement et syntaxiquement parfaites. Une plume qui je l’espère vraiment, sera un jour reconnue à sa juste valeur. André mérite largement de connaître LE SUCCÈS avec ce roman. 

 

Vous en doutez ? Et ben, je vous propose de découvrir André Bessy, et vous offre cinq exemplaires de son dernier roman. Comment faire ? 

Simplement en commentant ce billet doux, et en m’envoyant vos coordonnés à berangere.lanteri@gmail.com 

 

 Extraits 

  • Celle-ci n’appartenait pas à la catégorie des beautés évidentes. Elle avait un visage étrange, constitué de nombreuses irrégularités lui conférant, lorsqu’on s’attardait sur ses traits,un aspect un peu cubiste. Son œil droit était plus ouvert et placé plus bas que son œil gauche. L’arête de son nez sinuait en son milieu et ses lèvres étaient dessinées à l’oblique. Malgré tout, un air malicieux, férocement intelligent, nivelait l’ensemble et allait même jusqu’à produire une vive illusion d’harmonie. (p 78)
  • Mais un visage à la beauté olympienne possède la  faculté d’anesthésier toutes les peurs naissantes et Victoire, en contemplant à satiété celui du demi-dieu qui était assis près d’elle, fut de nouveau submergée par le désir de céder à la tentation. (p 112)
  • Je m’aperçois que tu viens de décrocher et je ne sais pas ce qui m’a pris de te dire tout ça, étant donné que j’ai toujours considéré la salive comme l’un de mes biens les plus précieux et que je suis en train de la gaspiller à me décharger sur quelqu’un qui ne le mérite pas forcément. (p 153)
  • Sortir des sentiers battus, c’est une chose. Etre suicidaire c’en est une autre, ironisa Victoire (p 226)
  • Continuons de fêter le présent, c’est ce qu’on sait faire de mieux. (p 239)
  • D’un geste empreint de mécontentement, elle jeta son portable droit devant elle. Telle une toupie, l’objet malmené tournoya sur son bureau avant de s’écraser au sol,  non loin d’elle. Peu rancunier, il garda sa forme initiale ainsi que la totalité de ses facultés numériques (p 255)
  • D’une part, je vous rappelle que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent (p 257)
  • En France, critiqua-t-il à présent, pays des pâles Lumières, la littérature de genre est, par essence, considérée comme un sous-genre. (p 279)

 

Petit clin d’œil à Victoire 

One Comment