Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris

autobiographie-dune-courgette.jpg


Septembre, le mois des rentrées : rentrée scolaire, rentrée littéraire, rentrée des aoûtiens au boulot.. Bref, tous les médias nous parlent de la rentrée. 

Quelques chroniques en retard (on ne me refera pas, je suis ainsi), je ne sais par quel livre, quel auteur commencer ma rentrée ici-même. Puis l’évidence, Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris, cet ami. 

Gilles Paris, la cinquantaine, charmant jeune homme, timide et au sourire doux, est un auteur rencontré voici maintenant deux ans. Un homme  sensible, à l’écoute et talentueux, qu’on se le dise. Il maîtrise les mots, tant à l’oral qu’à l’écrit, il est un homme qui travaille dans le milieu de l’édition depuis de nombreuses années, très nombreuses années.

Lu en 2012, Autobiographie d’une courgette, puis relu cette année dans sa version poche, j’ai toujours le même plaisir à lire ce roman. 

Gilles prend  sa plume, mais la magie ne s’arrête point là. Cette plume se transforme alors en Bic d’un enfant d’une dizaine d’années qui aligne les mots, les idées et qui nous  livre son quotidien. Gilles écrit comme un gosse, et c’est agréable à lire, et ça donne le sourire. L’innocence de l’enfance transparait à chaque ligne. Un travelling arrière dans le monde des chérubins. Tout au long de ma lecture, je suis touchée par ce petit gamin qui nous livre sa vie. Une vie qui n’est pas celle d’un enfant comme les  autres. 

Courgette, et oui tel est  le prénom de  notre héros, a un mauvais geste, un soir. Tétanisé, il se réfugie dans le grenier familial. Il n’a ni père, ni mère et se retrouve donc seul jusqu’à l’arrivée de cet inspecteur de police : Roymond, qui sous ses allures, est un homme avec ses forces et ses  faiblesses, et surtout qui sera la résilience de notre Courgette. 

Petit bonhomme d’une dizaine d’années, Courgette va être placé en foyer, aux Fontaines. Sous son oeil, sous ses mots, sous ses maladresses, il nous entraîne dans son quotidien. Nous cotoyons ses amis, ses amies, Camille, son professeur, la directrice du foyer, le mal être des enfants qui l’entourent, tout comme le  sien. Quoique, Courgette ne va pas si mal que ça. C’est d’ailleurs cet état d’âme si optimiste qui fait que l’on s’attache à Courgette. Nous serions prêts à adopter toutes les courgettes qui malheureusement vivent dans un foyer. De sa vie en communauté à ses petits secrets, de son quotidien aux Fontaines à son professeur, Courgette vit, sourit, ne comprend pas toujours tout très bien. Il  se fait à cette vie, meilleure que celle d’avant, quand il était seul avec sa maman car son papa a décidé de partir avec une poule. Courgette vit, découvre les premiers émois amoureux, est confronté à la réalité du monde, aux enfants dont les parents sont en prison, ou défaillants. Courgette se construit, c’est une petit bout d’homme attachant, énervant parfois, doux et  tendre. 

Sous la plume  de Gilles, les expressions s’enchaînent, les sourires se dessinent sur nos lèvres, quelques larmes coulent, quelques moments d’angoisse aussi. Gilles réussit, ici, à traiter d’un sujet sérieux, triste et  pourtant si courant, avec légéreté, tendresse, humour et sans jamais tomber dans la compassion. Les institutions et le système  français ne sont jamais mis à tort. Gilles a le  talent de traiter un sujet grave sans entrer dans quelque polémique qui soit. 

Nous sommes portés, nous lecteurs, par ce petit gamin de dix ans qui connaîtra une fin heureuse dans son malheur. Une fin heureuse que l’on souhaite à tout enfant placé. 

Un livre à découvrir, attachant et à faire lire à nos chères têtes blondes, car c’est aussi ça  Autobiographie d’une Courgette, c’est un livre de 7 à 77 ans. Il est d’ailleurs, depuis l’année dernière étudié dès la classe de CM2.

Lors de la rédaction de ma chronique, j’ai demandé à ma fille qui a lu le livre de  rédiger à son tour une petite note sur sa lecture. Je m’attendais à quelques lignes, mais il n’en fut rien. Elle m’a avoué ne pas pouvoir écrire sur ce  livre, trop  empreinte par sa lecture qui l’a bouleversée. Je lui demande alors pourquoi. Sa réponse est une merveille pour moi :

“Mais maman, pour moi Courgette c’est le Petit Nicolas que je lisais quand j’étais en CE1, sauf qu’il a grandi, et que je ne pensais pas qu’il aurait cette vie là avec ses camarades.”

Quelques citations :

“Un jour, elle m’a dit que l mal venait toujours des gens de la ville, comme papa, avec leurs souliers vernis et leurs belles paroles qui sonnaient plus faux que le chant du coq” (page 53)

“T’as pas froid ? dit Raymond. -Non.” Et il enlève son blouson et il m’enveloppe dedans. Des fois les grandes personnes, ça écoute que dalle” (page 63)

“Apprendre par coeur c’est pas pour moi et je vois pas ce que le coeur vient faire dans tout ça” (page 82)

“L’imagination c’est restituer à la mémoire des perceptions ou des expériences antérieures”. (page 85)

“Des fois les grandes personnes faudrait les secouer pour faire tomber l’enfant qui dort à l’intérieur” (page 172)

Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris – Flammarion Collège. 


2 Comments