Antoine de Caunes, Nice-Matin et moi à Cannes

Antoine de Caunes.jpgConfortablement installée dans mon canapé, regardant le Grand Journal, le dring de mon I-Phone m’avertit qu’un mail vient d’arriver. J’attends la pub. Ouvre mon mail sur mon smartphone et Oh !!! Surprise, je suis conviée par Denis Carreaux, rédacteur en chef du Groupe Nice-Matin, à rencontrer Antoine de Caunes. Celui-là même qui était dans mon écran il y a quelques minutes ? Ben oui…

J’avais déjà vécu l’expérience avec Denis Brogniart, voici quasiment deux ans. Depuis le temps, ma plume est plus alerte et aisée, je suis moins stressée, je trouve les questions à poser, mais quand même “Antoine, quoi”. Je ne réalise pas vraiment en fait. 

Bref, le jour J est arrivé. Se lever, se préparer. Pour cela, rien de tel qu’un rouge-noir de Chanel sur mes ongles, et quelques bijoux de mon amie Camille (Gew & Co’h, à découvrir d’urgence), tout est dans le détail, l’accessoire m’a-t-on dit. Un jeans, une veste blanche et ma canne pour aller à Cannes ( je vous l’accorde c’est pas l’accessoire qui tue mais suis obligée de faire avec). 

Prendre le train, se prendre une amende de dix euros parce qu’on a pris le TGV et non le TER, ça c’est fait, mais je suis enfin à Cannes avec une bonne demi-heure d’avance sur le rendez-vous, le temps de trouver le patio Canal+

Me voici donc devant, un peu hésitante. Deux vigiles, à l’air aimable notons-le, me scrutent, et puis un homme est là, explique sa venue. Je sens que ce mec est ici pour les mêmes raisons que moi. Je m’approche donc, et là, ouverture des portes très prisées dudit patio de Canal+

J’entre là dans les coulisses du Festival de Cannes. Un endroit chic, même très chic mais super simple. On y est à l’aise de suite. Accueillie par une charmante dame blonde au sourire ravageur qui s’avère être une assistante d’Antoine, installée sur la terrasse les pieds dans l’eau, j’hallucine et déguste ce moment. Pas longtemps, puisqu’un serveur vient m’offrir une coupe de champagne, et installe un parasol pour nous protéger du soleil. Un pur bonheur. Hallucination 2.

photo 1 (1).JPG

L’heure tourne, Denis Carreaux arrive, les lecteurs aussi (nous sommes six au total), petit débriefing pour tout le monde.On discute, on se présente, et on attend Antoine, évidemment. 

Antoine arrive, à l’heure, même à l’avance. Sourire ravageur (lui aussi), jeans et chemise, tenue chic et décontractée, Antoine quoi. 

Les présentations se font, Antoine s’intéresse à chacun d’entre nous, me demande ce qui m’est arrivée pour que je sois “béquillée”, coupe son téléphone et attends donc nos questions. Mais voilà, face à son naturel, le jeu des questions-réponses n’aura pas lieu. Il s’agira plus d’une discussion qui durera plus d’une heure. 

Cet entretien se fait dans la décontraction la plus totale, mais surtout Antoine est un homme cultivé, courtois, souriant, passionné et passionnant, maîtrisant l’humour,et sans langue de bois. Un pur bonheur. Nous échangeons Grand Journal, programmation, littérature, boulot… 

Heureux d’être aux commandes du Grand Journal, il n’est pas un homme de bilan, il n’est jamais satisfait de sa quotidienne et c’est ce qui le pousse à faire toujours mieux, ou de manière différente. Très satisfait que Pierre Lescure soit nommé pour l’année prochaine directeur du Festival de Cannes, doutant des performances de kiteur de son ami José Garcia qui sera très certainement là pour la dernière du Grand Journal à Cannes, Antoine se livre sans tabou. 

Il est maintenant temps de se diriger sur la terrasse pour la traditionnelle séance de photos, qui sera tout sauf une traditionnelle séance photographique. Arrivés sur la terrasse, Antoine fait la bise à son équipe, à ses chroniqueurs présents, qui eux-mêmes nous feront la bise et auront un mot pour nous. Et là, Bérangère, donc moi, est sous le choc : Doria est là, mais pas que. Cette femme est une bombe, elle est magnifique, simple, belle, souriante, aimable… Un “je vous adore” sort de ma bouche sans prévenir, et elle me répond “Merci, vous êtes trop mignonne” (elle a du sentir que ça venait vraiment du cœur).

Antoine déconne, Antoine sourit, Antoine nous demande de rire tous ensemble pour que les photos soient plus sympas (et c’est vrai), Antoine se plie au jeu des photos individuelles (je n’en ai pas prise, car pour moi les souvenirs sont dans le cœur et dans la tête). Antoine interpelle son assistante pour que nous soyons tous invités dans le public du Grand Journal, option assis. 

Antoine est un homme simple, accueillant, ouvert, sympathique, cultivé, intéressant, aimable, souriant… 

Un beau moment partagé. Merci Antoine, Merci Denis, Merci Nice-Matin. Mais l’aventure ne s’arrête pas là pour moi, je vous en dirais plus dans les jours à venir…

Pour le moment je m’en vais, toujours à Cannes, prendre un thé avec Sylvie Bourgeois et Philippe Harel. 

A très vite, et pour lire l’article de Nice Matin, cliquez ici, et pour voir ma trombine filmée c’est par là.