Andy de Brigitte Kernel – Plon

brigitte kernel.jpgBrigitte Kernel est une auteure que j’affectionne particulièrement, de part sa plume bien évidemment, de part sa voix, mais aussi de part son sourire, sa gentillesse et ce régard bienveillant qu’elle pose sur vous quand vous la rencontrez. Toujours à l’écoute de ses lecteurs et lectrices. C’est donc sans aucun questionnement de quelque nature que j’ai acquis, voici quelques temps, son dernier roman “Andy”, paru aux Editions Plon en ce début d’année 2013 (comprendre janvier). 

Quelle ne fut pas mon étonnement en tournant les pages de ce dernier opus. Brigitte n’est plus romancière, mais plutôt journaliste. Elle s’est transformée en endoscope, et s’est introduite dans le corps, dans la chaire d’Andy Warhola, dit Andy Warhol. Durant une vingtaine de pages, ma lecture ne fut pas fluide, je n’ai pas dévoré, étant contrainte (avec joie) de vérifier les informations qui jaillissaient ici et là. Étais-je en train de lire une oeuvre de fiction, ou Brigitte nous relatait-elle des faits réels ? Force est de constater que tout est vrai, ou presque. Même ce qui parait peu probable, peut tout compte fait être une réalité vraie. 

Tout commence un mercredi 11, à 11 heures. Première consultation pour Andy chez un psy. La première d’une série de 11. Andy se confie à son psy, silencieux, suite à la tentative d’assassinat dont il a été victime un certain 3 juin 1968. Ce jour-là, Valérie Solanas (Satanas pour la maman d’Andy), pointe un révolver sur Andy et tire. 11 organes de touchés qui engendreront 11 semaines d’hospitalisation. Onze, un nombre qu’Andy déteste, fuit, un nombre qui rythme ses comptes de pas, d’immeubles. Une fixation. 

Par la plume de Brigitte, nous (lecteurs) explorons les méandres de cet artiste du Pop Art, nous nous insinuons dans son âme, dans sa zone de Broca, dans son être entier, dans ses chairs.

C’est ainsi, qu’au rythme de 11 séances et 176 pages nous traversons le miroir du paraître, pour mieux connaître les angoisses, l’enfance, les délires, les visions de Warhol. Le champ lexical des arts plastiques est présent, Brigitte nous parle de lumière, de coupages, découpages, peinture, supports, matériaux, de techniques, de Pop Art… La démarche artistique est décrite à travers la psychothérapie de notre génie Andy. Faisant référence à Duchamp, il explique sa démarche artistique qui est de “s’intéresser à l’idée plutôt qu’au résultat”. 

Cet attentat a meurtri Andy,“Je me sens totalement brisé dans la confiance que j’avais un peu en moi avant Valérie Solanas”,  met en exergue ses angoisses, “Se détacher de la peur du jgement et devenir une machine qui ne ressent rien”,  la véracité de son statut d'”icône”, sa relation avec sa mère, et sa non acceptation de son homosexualité. Il nous livre ses questionnements, ses certitudes (qui au fond n’en sont pas), ses tourments, ses motivations, et le pourquoi de son art. 

Son regard sur la société est juste, à se demander même s’il n’est pas un précurseur de la télé-réalité qui fusionne de nos jours. Ses critiques sont grinçantes mais justes “Les soupes Campbell : ils vous laissent croire que vous avez le choix dans la pauvreté”. 

Brigitte Kernel maîtrise l’art de l’écriture sans aucun doute, et ce quelqu’en soit le registre. Elle nous livre ici une biographie exceptionnelle de ce génie de talent, sait ajuster les mots pour nous dresser un portrait touchant de la relation mère-fils, une relation trop pleine d’amour qui empêche Andy d’avouer son homosexualité à sa maman, pour la protéger, elle cette femme si croyante et pratiquante. Brigitte est un top-chef des mots, des sentiments, des émotions pour nous faire partager des scènes oh combien érotiques mais douces et sensuelles. 

Un bijou qu’il fait bon lire, mais qui nécessite une certaine culture, et un minimum d’empathie pour Andy Warhol. 

Pour en savoir plus sur Brigitte Kernel, c’est ici : http://www.brigittekernel.com/