A cause d’un baiser de Brigitte Kernel – Editions Flammarion

A cause d'un baiser, Brigitte Kernel, roman français, nouveauté littéraire 2012, flammarion, guillaume robert, fais moi oublier, littérature française

Après quelques années d’absenteisme, Brigitte Kernel nous revient en ce début d’année 2012, avec une plume toujours aussi émouvante, une plume maîtrisée, douce et pertinente. 

L’auteur nous livre, à travers ce roman, une kyrielle de sentiments, une hotte de bonheur, et interpelle notre moi à chaque page. 

L’histoire met en scène, au premier plan, trois femmes. Trois femmes tourmentées par le sentiment d’amour qui les habite. L’héroïne aime Léa avec qui elle vit depuis trois ans, et est perturbée par le baiser que Marie lui a donné. Un baiser doux, sensuel et long, très long. 

Au fil des pages, nous découvrons les tourments que peuvent causer un baiser, les questionnements sur le sentiment amoureux, l’importance de notre passé dans nos actions et réactions. 

Je ne vous dévoilerai pas le dénouement de ce roman, vous en laissant la surprise. Cependant, la lecture de ces quelques trois cents pages mérite un partage. 

Si l’héroîne se demande si l’on peut aimer deux personnes à la fois, Léa peut aussi se poser la question. Au fond, n’est-elle pas encore amoureuse de Louise ? “Mieux vaut croire qu’on a moins aimé la personne disparue, c’est plus facile ensuite de reprendre le cours de sa vie et de ses amours” (p 145).  Louise partie trop tôt, mais dont on hume la présence tout au long du roman.

Aimer deux personnes à la fois, qui ne s’est jamais posé la question ? Qui n’a pas eu ce sentiment un jour ? Dans quel état sommes-nous face à deux personnes que l’on aime ? Brigitte trouve les mots pour dépeindre notre intérieur en telle circonstance : “Dans mon corps, s’écroulaient murs, fondations, toits, populations d’images, de souvenirs, de promesses, mais aussi monceau de projets et de certitudes. Une vie en éboulis.” (p 12)

Un voyage au Cercle Polaire pour tenter de “recoller” les morceaux, nous fait découvrir une région inconnue, et me donne l’envie de m’y rendre dans les années à venir pour voir, sentir et rencontrer ce “monde” dans lequel Brigitte Kernel embarque son lecteur. 

Le retour à Paris ne sera pas si facile pour nos deux amoureuses. Il sera même plus difficile que prévu, puisque Marie entre de nouveau dans la vie de notre héroïne. Une séparation d’avec Léa pour mieux se re-construire, puis une vie commune qui reprend malgré ce baiser, malgré le chamboulement intérieur pour nos amoureuses. Notre héroïne, confrontée à la solitude, à la perte de ses repères, dont elle n’avait pas conscience jusqu’alors, nous entraîne dans ses réflexions sur la vie quotidienne, sur la vie à deux, sur la perte de la personne que l’on aime : le réveil n’est plus aussi doux, plus l’envie de travailler, l’effondrement de soi, de rituels quotidiens qui manquent. L’occasion aussi de s’apercevoir que Léa ne dispensait aucun baiser, n’embrassait jamais. Pourquoi ? Léa qui continue, malgré les années qui se sont écoulées, à s’habiller avec les vêtements du temps de Louise. Au fond, Louise est bien présente malgrè son décés et donc son absence physique.

“C’est quand l’on souffre de ne plus pouvoir partager avec celui ou celle dont on s’est séparé que l’on prend conscience de l’amour qui pulse encore dans les artères. On ne peut pas se vider de son sang sans mourir, on ne pas sortir de sa peau son amour s’il est toujours vivace” (p 283). Quelques mots qui brossent avec justesse ce sentiment de vide quand notre moité s’en va. 

Au-delà de l’histoire d’amour, j’ai été très touchée par la relation de l’héroïne avec son papa. Ce papa qui ne sait plus, qui ne reconnaît plus sa fille, qui vit dans un autre monde, son monde. La maladie d’Alzheimer est contée ici avec une infini tendresse, et c’est beau. Tendre cette relation avec le père qui n’est plus.

Un roman qui ne peut laisser indifférent tant il est le témoin de nos ressentis intérieurs que l’on n’ose dire, partager. La douleur qui nous tiraille, douleur de l’amour, douleur de la maladie d’Alzheimer…Tant de douleurs que Brigitte Kernel sait conter. Sa plume dessine le contour de notre moi, incise nos peurs, nos ressentis, nos émotions.

Merci Brigitte.


Brigitte Kernel sera le samedi 4 février 2012

à la librairie Violette and CO

102 Rue Charonne – PARIS 11ème


4 Comments